Alter Échosr
Regard critique · Justice sociale

Archives

Baromètre bruxellois 2005 : chiffres de la pauvreté

C’est dans le but de construire un « outil d’aide à la politique » que l’Observatoire de la Santé et du Social de Bruxelles-Capitale a conçu sa premièreversion d’un baromètre social bruxellois, qui devra permettre de suivre dans le temps la situation socio-économique des habitants de la Région1. Si la forme «baromètre » est nouvelle, bon nombre des indicateurs qui y sont repris figuraient déjà dans les trois derniers rapports sur l’État de la pauvreté,établis par l’Observatoire. Ce dernier essaye cependant, quand c’est statistiquement possible, d’y ajouter des indicateurs demandés aux États membres (et pas aux régions)par la Commission européenne, dans la rédaction des Panincl (Plan national d’inclusion sociale).

10-02-2006 Alter Échos n° 202

C’est dans le but de construire un « outil d’aide à la politique » que l’Observatoire de la Santé et du Social de Bruxelles-Capitale a conçu sa premièreversion d’un baromètre social bruxellois, qui devra permettre de suivre dans le temps la situation socio-économique des habitants de la Région1. Si la forme «baromètre » est nouvelle, bon nombre des indicateurs qui y sont repris figuraient déjà dans les trois derniers rapports sur l’État de la pauvreté,établis par l’Observatoire. Ce dernier essaye cependant, quand c’est statistiquement possible, d’y ajouter des indicateurs demandés aux États membres (et pas aux régions)par la Commission européenne, dans la rédaction des Panincl (Plan national d’inclusion sociale).

Ces indicateurs sont répartis en six catégories : revenus et sources de revenu, emploi, logement, santé, niveau d’instruction, et enfin intégration sociale etparticipation. Sans entrer dans le détail des quarante pages de chiffres, graphiques et tableaux qui constituent le baromètre, ni revenir sur les chiffres, connus, en matière dechômage et de logement, quelques faits saillants peuvent être relevés.

Des jeunes moins diplômés qu’ailleurs

Si, sur l’ensemble de la population, le pourcentage de personnes ayant au maximum un diplôme du secondaire inférieur reste moins important à Bruxelles que dans les autresrégions – ce qui paraît normal pour une capitale, ville universitaire –, une inversion inquiétante se produit chez les jeunes. Pour les 25-34 ans, ce taux defaiblement diplômés est en effet de 26 % à Bruxelles (contre 24 en Wallonie et 20 en Flandre). Une inversion qui pourrait donc saper l’avantage démographique de laRégion : elle est la seule du pays à voir la proportion des plus de 65 ans diminuer et celle des moins de 20 ans augmenter. Il s’agirait donc d’éviter que Bruxelles ne substituedes chômeurs aux retraités, et ne rate, par manque de formation, la chance démographique qui est la sienne !

En outre, justifiant son nom, l’Observatoire de la Santé et du Social s’attarde sur les effets des inégalités sociales en matière de santé. On en retiendranotamment ce chiffre saisissant : entre un homme de 25 ans doté d’un diplôme du supérieur et son contemporain doté du seul diplôme primaire, l’écartd’espérance de vie en bonne santé est de 21 ans !

Les conclusions établies par les auteurs du baromètre confirment l’impression de nombre de travailleurs sociaux de terrain : « Les chiffres actuellement disponibles mettent enévidence un accroissement de la pauvreté en Région de Bruxelles-Capitale et une précarité importante des jeunes en termes d’accès à l’emploi età la formation. La région bruxelloise ‘rajeunit’ mais sa population jeune est fortement touchée par la pauvreté. » Rien de révolutionnaire dans le constat,donc, mais la possibilité, avec ce nouvel outil, de mesurer plus finement des évolutions, ainsi que d’évaluer les résultats concrets des politiques menées. Unemesure qui pourra d’ailleurs se montrer d’autant plus fine à l’avenir que l’Observatoire annonce également la publication, au cours de l’année 2006, d’un Atlas de la Santéet du social de Bruxelles-Capitale qui devrait présenter les mêmes indicateurs selon une distribution spatiale.

1. Observatoire de la Santé et du Social de Bruxelles-Capitale, av. Louise 183 à 1050 Bruxelles – tél. : 02 552 01 89 – fax : 02 502 59 05 – courriel : observat@ccc.irisnet.beTélécharger le rapport

Edgar Szoc

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)