Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Environnement/territoire

Bara-De Lijn, un projet économique et social

L’ancien entrepôt De Lijn situé tout près de la place Bara à Bruxelles a été converti par la SDRB en un centre de logements et de PME.

18-12-2011 Alter Échos n° 329

L’ancien dépôt De Lijn situé tout près de la place Bara à Bruxelles a été converti par la SDRB en un centre de logements et de PME.

« Cet ancien dépôt était abandonné dans un quartier qui évolue pas mal. Nous avons fait le pari d’investir dans un quartier difficile,avec comme mission d’offrir du logement peu cher et des espaces pour PME », explique Denis Grimberghs, le président de la SDRB1 (Société dedéveloppement pour la Région de Bruxelles-Capitale).
Ce projet offre 165 logements au prix de 1 200 euros/m2 et quelques centres d’entreprises à 83 euros/m2.. Environ 30  % moins chers que dans le privé,ils peuvent être combinés avec les prêts du fonds du logement.

Bruxelles, ville durable

Ce projet a été imaginé dans l’optique du développement durable  : chauffage urbain avec centrale de cogénération, isolation performante, eau deciterne pour les toilettes, aménagement de toitures vertes.
Certes, ce seul projet est un peu maigre pour parler de ville durable, mais il n’y a pas que ça. La SDRB n’est pas la seule à travailler dans ce sens et beaucoup d’autres projets sonten marche. « Dans ce cadre-ci, c’est une stratégie à l’échelle du bâtiment, pour développer la construction durable. Cela fait sept ans que nous avons unepolitique forte dans ce domaine. Depuis 2009, tous les nouveaux logements publics doivent être passifs. Et la norme sera imposée pour tous d’ici 2015, commente Antoine Crahay, directeuradjoint du cabinet d’Evelyne Huytebroeck (Ecolo), ministre bruxelloise de l’Environnement, de l’Energie et de la Rénovation urbaine2. Nous venons de loin, mais nous ironsloin  ! On est passé d’un statut de mauvais élève de la classe européenne à une des villes les plus au point dans la matière. »

Un avantage non négligeable

Le développement des PME a aussi pour ambition de créer des emplois, en payant des loyers nettement inférieurs et en économisant sur l’énergie. « Jesuis vraiment satisfait de mes nouveaux bureaux. J’ai les moyens de m’agrandir, d’engager plus de personnel. Les coûts réduits me permettent de prendre des risques en engageant les gensdont personne ne veut  : majoritairement les chômeurs et les étrangers », explique Denis Van Elslande, administrateur délégué de la PMEICT73. En effet, la dernière personne qu’il a engagé est un Sénégalais de 47 ans diplômé au Maroc. Grâce au projet Bara-De Lijn, Denis peutfaire fonctionner sa PME et en retirer du bénéfice tout en satisfaisant sa fibre sociale et ses préoccupations écologiques. Les coûts réduits sontsimples  : il est passé d’un loyer de 200 euros/m2 à 85 euros/m2. Ses charges ont diminué de moitié pour un espace deux fois plus grand.Résultat des courses, sa PME est passée de 13 à 29 employés.

De la mixité économique et sociale  ?

« Le mélange de populations n’est pas la principale ambition du projet. Nous voulons entre autres que les gens du quartier puissent devenir propriétaires etaméliorer leurs conditions de vie », explique Antoine Crahay. Mais de fait, cela contribue à la mixité du quartier. Beaucoup de jeunes comme Danny Geerinck n’auraientpas pu acheter dans d’autres conditions. « Le prix a été le principal facteur de décision, dit-il. Après, c’est un quartier que je connais bien et qui meplaît. Dans cet îlot, il y a beaucoup de gens d’origines différentes et j’aime ce mélange. J’espère que je serai vite intégré dans le quartier et que jene serai pas considéré comme un riche qui vient investir. » Malgré sa mauvaise réputation, le quartier laisse entrevoir un bel avenir. Situé entre degrands axes et à deux pas de la gare du Midi, il ne peut qu’évoluer positivement. « Pour moi, c’est très important d’être près de la gare. Non seulementmes employés peuvent facilement venir en train, mais je peux développer ma PME sur le plan européen. Avec le Thalys et le TGV, c’est toute l’Europe qui peut sonner à maporte », continue Denis Van Elslande.

Au total, il aura fallu pas moins de 31 millions d’euros pour ce projet, dont neuf injectés directement par la Région bruxelloise. L’inauguration de Bara-De Lijn n’est que laprémisse d’une opération de plus grande envergure avec, d’ici le printemps, l’inauguration du projet Bervoets à Forest qui comptera 239 logements et trois places publiques ainsique 500 appartements pour le projet Tivoli à Laeken. Ce dernier projet proposera également le développement d’une activité économique, de deux crèches etd’un parc. 30  % des logements seront consacrés à la location de logements sociaux.

1. SDRB :
– adresse : rue Gabrielle Petit, 6 à 1080 Bruxelles
– tél.  : 02 422 51 11
– site  : http://www.sdrb.be
2. Cabinet d’Evelyne Huytebroeck :
– tél.  : 02 517 12 00
– site  : http://huytebroeck.be
3. ICT7 :
– tél.  : 0475 84 96 25
– courriel  : denis.vanelslande@ict7.com

Vinciane Malcotte

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)