Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Vu de Flandre

Anvers : G4S s’occupera de l’accueil de sans-abri

3 octobre 2016 Aubry Touriel

Après les demandeurs d’asile à Gand, G4S va s’occuper des sans-abri à Anvers. Voilà le résultat du vote lors du Conseil du CPAS d’Anvers : l’agence de sécurité va exploiter le foyer d’accueil De Vaart à partir de juillet 2017. La décision tombe après l’annonce des résultats du rapport du jury. Deux organisations avaient présenté leur candidature : le CAW (actuel gestionnaire) et G4S care, coentreprise de l’agence de sécurité G4S et du groupe hôtelier Corsendonk.

Dans une opinion en ligne, le directeur général du CAW, Koen De Vylder,a remis en doute l’indépendance des membres du jury. Sur les 5 jurys, 4 travaillent au CPAS et seul 1 jury est externe. Michael Lescroart, le porte-parole du président du CPAS et échevin des affaires sociales Fons Duchateau (NVA), se défend : « Le comité de gestion du CPAS a sélectionné les membres du jury en toute indépendance et pour leur expertise ».

Dirk Avonts (Groen) a quant à lui signalé que les critères des jurys ne correspondaient pas à ceux décrits dans l’appel. On note, par exemple, dans le rapport que « le CAW n’accorde pas assez d’attention à la politique en matière d’agression et de sécurité » alors que ce critère ne figurait pas dans la description.

Dans le rapport, des points négatifs sont également attribués au fait que le CAW emploie des travailleurs sociaux avec une grande ancienneté. Les opposants à la venue de G4S trouvent cet argument infondé d’autant plus que G4S n’a pas d’expérience dans l’accueil des sans-abri. Michael Lescroart a confirmé le manque d’expérience de G4S tout en ajoutant que l’entreprise a un centre de formation dirigé à Gand, ce qui n’est pas inscrit dans la description.

Autre point de discorde : la gratuité des services. Dans des questions-réponses publiées en juin, le CPAS écrit : « Dans le centre [De Vaart], des services peuvent être offerts comme des repas légers ou des boissons, des consignes, etc. Un petit montant peut être demandé aux sans-abri pour ces services. » Le porte-parole de Duchateau explique : « Ce point sera détaillé dans le contrat et je ne connais pas les intentions de G4S, ils doivent soumettre le document d’ici la fin de l’année. » Ce contrat devra ensuite approuvé par le Conseil du CPAS.

Les arguments de l’opposition n’ont pas suffi à faire changer d’avis la majorité (N-VA, CD&V et Open vld). Après le vote, une dizaine de sympathisants du Vaart ont scandé : « Le travail social n’est pas à vendre ». Certains d’entre eux ont dû quitter la salle. Les larmes aux yeux, Dirk qui fréquente De Vaart depuis 10 ans, est déboussolé : « Tout va changer. Je suis triste, je ne sais pas ce qu’on va faire. »

 

Le moindre service social serait-il en train de devenir une marchandise comme une autre ? La question était au centre d’Alter Échos dans son dossier spécial de juillet : « Tout est bon dans la privatisation ? »

Pssssttt, cher.chère visiteur.euse du site d’Alter Échos !!!

Sache que ta présence sur notre site nous réjouit. Sache aussi que nous sommes heureux que vous soyez si nombreux.ses à nous suivre sur le web. Nous avons choisi de mettre en accès libre une grande partie de nos articles … pour le partage & pour répondre à notre mission d’éducation permanente. Mais produire une information de fond & de qualité implique un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous à nos revues !

A la Une