Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Petite enfance / Jeunesse

Aide à la jeunesse : Rachid Madrane annonce l’ouverture de nouvelles structures

Outre la nécessité d’ouvrir une IPPJ à Bruxelles, Rachid Madrane annonce son intention de créer une « structure » publique pour les jeunes dits « incasables », ces jeunes à la lisière des secteurs de l’aide à la jeunesse, du handicap et de la santé mentale.

06-01-2015

Outre la nécessité d’ouvrir une IPPJ à Bruxelles, Rachid Madrane annonce son intention de créer une « structure » publique pour les jeunes dits « incasables », ces jeunes à la lisière des secteurs de l’aide à la jeunesse, du handicap et de la santé mentale.

Dans le prochain numéro d’Alter Échos, Rachid Madrane répond longuement à nos questions. L’occasion pour le ministre d’en dire un peu plus sur ses priorités pour l’Aide à la jeunesse et les maisons de justice.

Il confirme son intention d’ouvrir une IPPJ à Bruxelles d’ici la fin de la législature.

Cette ouverture viendra-t-elle augmenter le nombre global de places dans ces institutions ? Oui, dans un premier temps, répond le ministre. Mais « à terme », les capacités devront rester « inchangées ». Pour ce faire, les autres IPPJ devront réduire petit à petit leur nombre de places.

Autre annonce d’importance : Rachid Madrane se prononce pour l’ouverture d’une structure publique afin d’accueillir sans condition les jeunes dits « incasables ». « Il faut effectivement mettre en place une institution publique qui accueillerait ces jeunes », a-t-il déclaré.

Avec l’ouverture d’une telle structure, l’idée serait de trouver une solution concrète pour ces mineurs qui cumulent des problématiques – handicap, enfant en danger, problèmes de santé mentale – et ne trouvent pas de solution adaptée car chaque secteur spécialisé se renvoie la balle.

 

 

 

 

 

En savoir plus

L’interview en intégralité sera à lire dans notre numéro de la rentrée, où il sera question, entre autres, de prévention, d’engorgement du secteur de l’aide à la jeunesse et de placement familial…. sans oublier, bien sûr, les maisons de justice.

Cédric Vallet

Cédric Vallet

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)