Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Agences immobilières sociales : toujours sur la brèche

En 2002, Alter Échos avait interviewé une série d’AIS (agences immobilières sociales) wallonnes et bruxelloises. Dans nos conclusions d’alors, nous pointions leséléments suivants : la pérennité des AIS dépend principalement du volume de subsides dont elles bénéficient, de la pression foncière locale, deleur capacité à résorber leur arriéré locatif et de la qualité de leurs ressources humaines. En termes de subsides, la situation en Région wallonnes’avérait plus critique qu’en Région bruxelloise. Certaines AIS wallonnes étaient prêtes à mettre la clé sous le paillasson – ce qui a étéle cas de celle de Huy -, tandis qu’à Bruxelles, on redoutait déjà la hausse des loyers avec l’élargissement de l’Europe. Des projets de fédération d’AISétaient dans l’air. Et les AIS wallonnes se demandaient quels seraient leurs rapports avec le Fonds du logement wallon, dont elles allaient dépendre désormais.

22-09-2006 Alter Échos n° 215

En 2002, Alter Échos avait interviewé une série d'AIS (agences immobilières sociales) wallonnes et bruxelloises. Dans nos conclusions d'alors, nous pointions leséléments suivants : la pérennité des AIS dépend principalement du volume de subsides dont elles bénéficient, de la pression foncière locale, deleur capacité à résorber leur arriéré locatif et de la qualité de leurs ressources humaines. En termes de subsides, la situation en Région wallonnes'avérait plus critique qu'en Région bruxelloise. Certaines AIS wallonnes étaient prêtes à mettre la clé sous le paillasson – ce qui a étéle cas de celle de Huy -, tandis qu'à Bruxelles, on redoutait déjà la hausse des loyers avec l'élargissement de l'Europe. Des projets de fédération d'AISétaient dans l'air. Et les AIS wallonnes se demandaient quels seraient leurs rapports avec le Fonds du logement wallon, dont elles allaient dépendre désormais.Pour rappel, les AIS prennent en gestion des logements du secteur privé pour les mettre à disposition de ménages à revenus faibles. Concrètement, l’AISnégocie un loyer avec le propriétair...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Baudouin Massart

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)