Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Rien ne sert de courir

Une ville à mille temps*

Flexibilité du travail, multiplication des loisirs, horaires décalés… Nos emplois du temps ne battent plus tous au même rythme. Les «politiques temporelles» visent à harmoniser les temps (social, familial, professionnel, etc.). Ouverture tardive des services administratifs, activités culturelles le midi ou le dimanche, adaptation des horaires de travail… L’idée est d’améliorer la qualité de vie de chacun tout en contribuant au bon tempo général.

Illustration Sophie Della Corte (Pekelo)

Flexibilité du travail, multiplication des loisirs, horaires décalés… Nos emplois du temps ne battent plus tous au même rythme. Les «politiques temporelles» visent à harmoniser les temps (social, familial, professionnel, etc.). Ouverture tardive des services administratifs, activités culturelles le midi ou le dimanche, adaptation des horaires de travail… L’idée est d’améliorer la qualité de vie de chacun tout en contribuant au bon tempo général.

Il est loin le temps de la pendule industrielle qui organisait le quotidien collectif. Le travail, élément principal qui structure notre emploi du temps, prend des formes multiples, et les horaires «atypiques» ont explosé. Il ressort de l’enquête sur les forces de travail menée en 2017 par l’Office belge de statistique que 34% des personnes occupées effectuent parfois ou souvent du travail en soirée, 36,2% travaillent au moins un jour par mois le samedi, 22,6% travaillent au moins un dimanche par mois. «L’accélération est une idée qui date bien avant qu’Hartmut Rosa n’en parle (auteur d'Accélération. Une critique sociale du temps, 2010, NDLR). En revanche, ce qui marque notre époque est le fait que le trio métro-boulot-dodo est quelque peu chahuté par les nouveaux rythmes professionnels et le chômage, observe le philosophe de l’urbain Thierry Paquot, de même les stades de la vie ‘enfance-jeunesse-vie active-retraite’ sont remis en ca...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Flexibilité du travail, multiplication des loisirs, horaires décalés… Nos emplois du temps ne battent plus tous au même rythme. Les «politiques temporelles» visent à harmoniser les temps (social, familial, professionnel, etc.). Ouverture tardive des services administratifs, activités culturelles le midi ou le dimanche, adaptation des horaires de travail… L’idée est d’améliorer la qualité de vie de chacun tout en contribuant au bon tempo général.

Il est loin le temps de la pendule industrielle qui organisait le quotidien collectif. Le travail, élément principal qui structure notre emploi du temps, prend des formes multiples, et les horaires «atypiques» ont explosé. Il ressort de l’enquête sur les forces de travail menée en 2017 par l’Office belge de statistique que 34% des personnes occupées effectuent parfois ou souvent du travail en soirée, 36,2% travaillent au moins un jour par mois le samedi, 22,6% travaillent au moins un dimanche par mois. «L’accélération est une idée qui date bien avant qu’Hartmut Rosa n’en parle (auteur d'Accélération. Une critique sociale du temps, 2010, NDLR). En revanche, ce qui marque notre époque est le fait que le trio métro-boulot-dodo est quelque peu chahuté par les nouveaux rythmes professionnels et le chômage, observe le philosophe de l’urbain Thierry Paquot, de même les stades de la vie ‘enfance-jeunesse-vie active-retraite’ sont remis en ca...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Manon Legrand

Manon Legrand

Coordinatrice Alter Échos, journaliste (social, logement, environnement)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)