Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Social

Une formation pour outiller et stimuler la pair-aidance

En janvier 2016, l’Université de Mons a lancé une nouvelle formation à la «pair-aidance» en santé mentale et en précarités. L’objectif? Outiller l’accompagnement et l’entraide par les pairs.

En janvier 2016, l’Université de Mons a lancé une nouvelle formation à la «pair-aidance» en santé mentale et en précarités. L’objectif? Outiller l’accompagnement et l’entraide par les pairs.

La pair-aidance est une fonction ayant pour but de développer les liens sociaux, l’entraide, le soutien moral, la participation, la citoyenneté dans les champs de la précarité sociale ou de la santé mentale. Sa particularité? Elle repose sur l’«expertise du vécu», autrement dit sur la transmission d’un savoir basé sur sa propre expérience de la souffrance sociale et/ou psychique.

Le développement d’emplois de pairs-aidants en est aujourd’hui à ses balbutiements en Belgique francophone. Mais de nombreuses personnes remplissent bénévolement toute une série de missions d’accompagnement et d’entraide qui s’y apparentent.

Grosso modo, on peut identifier quatre types de tâches exercées par les pairs-aidants: l’accompagnement psychosocial de proximité; l’animation de groupes de parole d’usagers; le développement de la participation à un niveau plus macro (via des comités de patients, aux politiques de santé mentale); et la déstigmatisation de la maladie mentale.

«C’est un rôle très délicat à exercer, car cela n’est pas facile de métisser les logiques de professionnalité et d’entraide.», Pascale Jamoulle, anthropologue
«Les pairs-aidants ont aussi dans les structures une fonction de mé...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En janvier 2016, l’Université de Mons a lancé une nouvelle formation à la «pair-aidance» en santé mentale et en précarités. L’objectif? Outiller l’accompagnement et l’entraide par les pairs.

La pair-aidance est une fonction ayant pour but de développer les liens sociaux, l’entraide, le soutien moral, la participation, la citoyenneté dans les champs de la précarité sociale ou de la santé mentale. Sa particularité? Elle repose sur l’«expertise du vécu», autrement dit sur la transmission d’un savoir basé sur sa propre expérience de la souffrance sociale et/ou psychique.

Le développement d’emplois de pairs-aidants en est aujourd’hui à ses balbutiements en Belgique francophone. Mais de nombreuses personnes remplissent bénévolement toute une série de missions d’accompagnement et d’entraide qui s’y apparentent.

Grosso modo, on peut identifier quatre types de tâches exercées par les pairs-aidants: l’accompagnement psychosocial de proximité; l’animation de groupes de parole d’usagers; le développement de la participation à un niveau plus macro (via des comités de patients, aux politiques de santé mentale); et la déstigmatisation de la maladie mentale.

«C’est un rôle très délicat à exercer, car cela n’est pas facile de métisser les logiques de professionnalité et d’entraide.», Pascale Jamoulle, anthropologue
«Les pairs-aidants ont aussi dans les structures une fonction de mé...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Aller plus loin

En janvier 2016, l’Université de Mons a lancé une nouvelle formation à la «pair-aidance» en santé mentale et en précarités. L’objectif? Outiller l’accompagnement et l’entraide par les pairs.

La pair-aidance est une fonction ayant pour but de développer les liens sociaux, l’entraide, le soutien moral, la participation, la citoyenneté dans les champs de la précarité sociale ou de la santé mentale. Sa particularité? Elle repose sur l’«expertise du vécu», autrement dit sur la transmission d’un savoir basé sur sa propre expérience de la souffrance sociale et/ou psychique.

Le développement d’emplois de pairs-aidants en est aujourd’hui à ses balbutiements en Belgique francophone. Mais de nombreuses personnes remplissent bénévolement toute une série de missions d’accompagnement et d’entraide qui s’y apparentent.

Grosso modo, on peut identifier quatre types de tâches exercées par les pairs-aidants: l’accompagnement psychosocial de proximité; l’animation de groupes de parole d’usagers; le développement de la participation à un niveau plus macro (via des comités de patients, aux politiques de santé mentale); et la déstigmatisation de la maladie mentale.

«C’est un rôle très délicat à exercer, car cela n’est pas facile de métisser les logiques de professionnalité et d’entraide.», Pascale Jamoulle, anthropologue
«Les pairs-aidants ont aussi dans les structures une fonction de mé...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Marinette Mormont

Marinette Mormont

Coordinatrice web, contact freelances, journaliste (social, santé, logement).

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)