Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Un nouveau « jouet » informatique pour les CPAS ?

Depuis le premier avril, les assistants sociaux peuvent échanger des données sur les usagers des CPAS via le rapport social électronique. Un nouvel outil informatique qui va faciliter leur travail, comme l’assure le ministre MR Willy Borsus? Les CPAS n’étaient pas demandeurs. Certains y voient même un dangereux moyen de pister les pauvres et de détricoter le secret professionnel.

Impossible de se cacher avec le "rapport social électronique" ?

Depuis le 1er avril, les assistants sociaux peuvent échanger des données sur les usagers des CPAS via le rapport social électronique. Un nouvel outil informatique qui va faciliter leur travail, comme l’assure le ministre MR Willy Borsus? Les CPAS n’étaient pas demandeurs. Certains y voient même un dangereux moyen de pister les pauvres et de détricoter le secret professionnel.«Le but du rapport social électronique est de mettre en place un cadre d’échanges électroniques de données pertinentes directement entre les CPAS via la Banque Carrefour de la Sécurité sociale afin de mettre en œuvre une politique sociale correcte et efficace.» Voilà, en résumé, l’objectif du rapport social électronique (RSE) «offert» aux CPAS par le ministre de l’Intégration sociale. Les trois fédérations avaient dit: «Non merci, ça ne nous intéresse pas.» Elles l’ont reçu tout de même.Les CPAS n’en voulaient pas parce qu’ils y voyaient un instrument coûteux, en formation du personnel, en temps d’encodage, sans y trouver la moindre plus-value. «Cela ne sert à rien, dit d’emblée Stéphane Roberti, président du CPAS de Forest. Cela ne facilitera pas le travail des CPAS, comme on tente de nous le faire croire.» Le RSE doit encoder toutes les données d’un usager du CPAS. Si ce dernier déménage et réintroduit une demande d’aide dans un autre CPAS, les assistants sociaux n’auront qu’à consulter le RSE pour déjà t...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

Depuis le 1er avril, les assistants sociaux peuvent échanger des données sur les usagers des CPAS via le rapport social électronique. Un nouvel outil informatique qui va faciliter leur travail, comme l’assure le ministre MR Willy Borsus? Les CPAS n’étaient pas demandeurs. Certains y voient même un dangereux moyen de pister les pauvres et de détricoter le secret professionnel.«Le but du rapport social électronique est de mettre en place un cadre d’échanges électroniques de données pertinentes directement entre les CPAS via la Banque Carrefour de la Sécurité sociale afin de mettre en œuvre une politique sociale correcte et efficace.» Voilà, en résumé, l’objectif du rapport social électronique (RSE) «offert» aux CPAS par le ministre de l’Intégration sociale. Les trois fédérations avaient dit: «Non merci, ça ne nous intéresse pas.» Elles l’ont reçu tout de même.Les CPAS n’en voulaient pas parce qu’ils y voyaient un instrument coûteux, en formation du personnel, en temps d’encodage, sans y trouver la moindre plus-value. «Cela ne sert à rien, dit d’emblée Stéphane Roberti, président du CPAS de Forest. Cela ne facilitera pas le travail des CPAS, comme on tente de nous le faire croire.» Le RSE doit encoder toutes les données d’un usager du CPAS. Si ce dernier déménage et réintroduit une demande d’aide dans un autre CPAS, les assistants sociaux n’auront qu’à consulter le RSE pour déjà t...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Martine Vandemeulebroucke

Martine Vandemeulebroucke

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)