Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

détachement

Transport routier wallon : microcosme d’une Europe divisée

En Wallonie, une compagnie de transport recourt aux services de routiers originaires de Roumanie. Une situation qui génère certaines tensions avec les camionneurs du cru, même si elles restent contenues dans la mesure où les chauffeurs cohabitent peu. Les aires autoroutières, en revanche, semblent cristalliser une exaspération latente.

CC, Tama66

En Wallonie, une compagnie de transport recourt aux services de routiers originaires de Roumanie. Une situation qui génère certaines tensions avec les camionneurs du cru, même si elles restent contenues dans la mesure où les chauffeurs cohabitent peu. Les aires autoroutières, en revanche, semblent cristalliser une exaspération latente.

Lundi matin. Il est 4 heures. Sam insère sa «carte chauffeur» dans le tachygraphe. L’appareil électronique, intégré à tout véhicule de plus de 3,5 tonnes, enregistre ses temps de conduite et de repos. «Ici, ce sont les appartements des chauffeurs détachés, indique Sam le routier, le doigt pointé vers une bâtisse aménagée. Là-bas, il y a la maison du chef mécano. Il est de garde. Il est Roumain tout comme le chef d’équipe qui parle français. Lui, il est au bureau en permanence. Il est chargé de coordonner les détachés. On ne les voit jamais, sauf aux fêtes d’entreprise, mais ils ne parlent pas français. Tu essayes de communiquer avec eux, deux, trois fois avec les mains puis t’es vite fatigué. D’autant que, dans six mois, ils auront changé. S’ils sont bien entourés et qu’ils se débrouillent en français, ils peuvent couvrir le marché intérieur. Certains s’installent alors ici sous contrat belge comme mon pote Adam, mais c’est rare.»
«Les travailleurs sont engagés sous contrat roumain avec un fixe de 400 à 500 euros. Le reste est payé sous forme...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Aurélie Moreau

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)