Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Quand la santé mentale s’invite au coeur de l’insertion

Comment le secteur de l’emploi/formation compose-t-il avec un public en proie à des problèmes de santé mentale ? Réponse à Bruxelles.

27-04-2012 Alter Échos n° 336

Comment les opérateurs de formation, d'insertion socioprofessionnelle ou les organismes chargés de l'emploi composent-ils avec un public en proie à des problèmes de santé mentale ? Petit tour de la question à Bruxelles, avant de s'aventurer en Région wallonne dans un prochain numéro.
On en parle parfois comme ça au détour d'une réunion ou d'un colloque alors qu'à d'autres occasions le sujet fait l'objet d'une attention plus officielle (voir Alter Echos n° 323 du 25 septembre 2011 : "[url=https://www.alterechos.be/index.php?p=sum&c=a&n=323&l=1&d=i&art_id=21695]Le travail, ce modèle de réinsertion dominant[/url]") : la question de la santé mentale semble poindre de plus en plus, depuis quelques années, le bout de son nez dès lors que l'on parle d'insertion, de formation, de mise à l'emploi. Nombre d'opérateurs confient ne plus savoir que faire d'un public de plus en plus fragilisé, porteur de pathologies psychologiques ou psychiatriques parfois lourdes, et dont le nombre serait, d'après certains, en augmentation.Pour y voir plus clair, Alter Echos a tenté de comprendre ce qui était mis en place dans certaines structures pour « composer » avec cette situation et prendre en charge ce public, tout en abordant certaines questions plus transversales. Ce premier article concerne Bruxelles. Un autre se penchera bientôt sur la même question en Région Wallonne.[t]Un phé...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Comment les opérateurs de formation, d'insertion socioprofessionnelle ou les organismes chargés de l'emploi composent-ils avec un public en proie à des problèmes de santé mentale ? Petit tour de la question à Bruxelles, avant de s'aventurer en Région wallonne dans un prochain numéro.
On en parle parfois comme ça au détour d'une réunion ou d'un colloque alors qu'à d'autres occasions le sujet fait l'objet d'une attention plus officielle (voir Alter Echos n° 323 du 25 septembre 2011 : "[url=https://www.alterechos.be/index.php?p=sum&c=a&n=323&l=1&d=i&art_id=21695]Le travail, ce modèle de réinsertion dominant[/url]") : la question de la santé mentale semble poindre de plus en plus, depuis quelques années, le bout de son nez dès lors que l'on parle d'insertion, de formation, de mise à l'emploi. Nombre d'opérateurs confient ne plus savoir que faire d'un public de plus en plus fragilisé, porteur de pathologies psychologiques ou psychiatriques parfois lourdes, et dont le nombre serait, d'après certains, en augmentation.Pour y voir plus clair, Alter Echos a tenté de comprendre ce qui était mis en place dans certaines structures pour « composer » avec cette situation et prendre en charge ce public, tout en abordant certaines questions plus transversales. Ce premier article concerne Bruxelles. Un autre se penchera bientôt sur la même question en Région Wallonne.[t]Un phé...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Julien Winkel

Julien Winkel

Journaliste (emploi et formation)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)