Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Projet de quartier social passif à Courtrai

Dès 2015, le quartier social Venning, au nord-est de Courtrai devrait avoir un impact nul sur le réchauffement climatique.

18-01-2010 Alter Échos n° 287

Dès 2015, le quartier social Venning, au nord-est de Courtrai devrait avoir un impact nul sur le réchauffement climatique. Grâce notamment à des fondseuropéens.

Le projet bénéficie du parrainage d’un chroniqueur sportif connu en Flandre, Karl Vannieuwkerke. Selon ce spécialiste des courses cyclistes, « le Venning n’a rien d’unghetto social ». Le quartier, une cité-jardin datant des années 60, est situé au nord-est de la ville de Courtrai, au-delà du canal de Bossuyt à Courtrai.« Il y a de belles personnes qui habitent là mais elles vivent dans des conditions difficiles. Un projet durable tel que celui-ci pourra les aider », ajoute le journaliste.Pour illustrer les conditions en question, celui-ci a tourné un reportage dans le quartier. On voit notamment que chez une certaine Linda Maes, qui vit là avec sa fille, la douche nefonctionne plus et tous les raccordements électriques sont dégradés. « De plus, ajoute la locataire des lieux, lorsqu’il y a du vent, il y a des courants d’air partoutà l’intérieur. »

Pourtant, la plupart des habitants sont attachés à leur quartier et ont même peur de partir, selon Karl Vannieuwkerke. La plupart des habitants continueront à occuperleur logement pendant les travaux de construction et de rénovation. Les travaux se font d’ailleurs en concertation avec eux.
Après les travaux, le quartier devrait être aussi économe en énergie que possible. La particularité du projet est qu’il s’agit d’un ancien quartier social. Il s’agitdonc de penser et planifier les travaux à l’échelle de tout un quartier mais aussi de respecter l’aspect visuel de celui-ci. Ilse Piers, directrice de la société delogement social « Goedkope Woning » (« L’habitation bon marché ») qui est propriétaire de la cité du Venning, l’affirme  :« Nous voulons préserver le caractère de la cité du Venning. Changer radicalement l’aspect du quartier témoignerait d’un manque de respect àl’égard des habitants. »

Concerto

Pour le reste, tout n’est pas encore clairement planifié. Il est clair que toutes les habitations subiront des travaux d’isolation et recevront de nouveaux châssis. Mais il faudraitaller bien au-delà. Pour Ilse Piers, certaines habitations sont trop petites et il faudra soit les regrouper, soit en construire d’autres. En outre, une passerelle pour piétons etcyclistes devrait être construite au-dessus du canal pour désenclaver le quartier. Au total, « Goedkope Woning » gère quelque 1 500 logements sociaux etsouhaiterait les rendre tous neutres climatiquement. Mais ce sont les 170 habitations de la cité du Venning qui ont été choisies en priorité pour ce projet pilote, parceque le « score énergétique » de ce quartier est particulièrement mauvais, que le quartier doit de toute façon être rénové, etqu’il présente des atouts en termes d’espaces verts et de voiries.

Et puis, « Goedkope Woning » a obtenu des subventions européennes dans le cadre du programme Concerto qui encourage la construction verte et durable. Le projetcourtraisien a été introduit sous le nom ECO-life, avec deux autres, un danois et un lituanien et a été l’un des quatre à être retenus parmi 40 propositions.Les partenaires au sein d’ECO-life se sont déjà promis de rester en contact pour échanger leurs expériences dans le futur. Au total, le Venning recevra 3 millions d’euros.« Une somme indispensable », selon Ilse Piers. Pour pouvoir prétendre à cette manne européenne, le projet doit désormais être bouclé aucours des six prochaines années  : un an de planification, quatre années de construction et de rénovation et une dernière année d’évaluation par rapportaux objectifs fixés.

En attendant, les habitants semblent optimistes. « Nous restons habiter chez nous pendant les travaux et le quartier ne pourra que s’améliorer », conclut l’und’eux.

D’après De Morgen et De Standaard

Pierre Gilissen

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)