Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Carte blanche

PIIS : pour un projet d’intégration des évadés fiscaux

26 avril 2016 Alter Échos

C’est l’histoire d’un jeune homme qui quitte le cocon familial et vient frapper à la porte d’un CPAS. L’assistante sociale lui fait signer un projet individualisé d’intégration sociale (PIIS), vérifie ses résultats scolaires, lui impose de suivre une guidance budgétaire, d’économiser 20 euros par mois pour financer son abonnement STIB, de prendre un compte chez Belfius alors qu’il est déjà client dans une autre banque… La maman du jeune contacte l’assistante sociale pour lui expliquer que son fils est autonome. La guidance budgétaire sera finalement levée.

Juchée sur des jerricans vides au milieu de la place du Châtelain, une militante égraine les témoignages édifiants sur le caractère brutal avec lequel les politiques d’activation sont parfois exercées. À l’initiative du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté, ce lundi, une cinquantaine de manifestants s’étaient réunis dans les beaux quartiers de Bruxelles pour manifester contre le PIIS. LST, ATD, Acteurs des temps présents, représentants des syndicats et bien d’autres acteurs actifs dans la lutte contre la pauvreté avaient bravés le crachin pour réaliser une marche symbolique de 2 kilomètres partant de la place du Châtelain pour aboutir au CPAS d’Ixelles, en passant par différents lieux cités dans l’affaire des Panama Papers. Une façon symbolique de rappeler que si la fraude sociale est souvent dans le viseur, la fraude fiscale mériterait quant à elle que l’on s’y intéresse davantage. Et d’en appeler à… un projet d’intégration des évadés fiscaux (Lire aussi « Les riches sont des pauvres comme les autres », par Philippe Defeyt) !

Pour rappel, dès septembre 2016, tous les nouveaux bénéficiaires du revenu d’intégration devront passer un contrat d’activation. Le PIIS soit le « projet individualisé d’intégration sociale » n’est pas une nouveauté. Les usagers de moins de 25 ans y sont déjà soumis. Ce que le ministre MR de l’Intégration sociale, Willy Borsus, a décidé, c’est de l’étendre à tous les bénéficiaires du RIS, sans limite d’âge ou de groupe-cible. Et de prévoir des sanctions en cas de non-respect de ce contrat. (Lire aussi « Activer les usagers des CPAS ? Les CPAS disent non. Willy Borsus entend oui »)

 

Pssssttt, cher.chère visiteur.euse du site d’Alter Échos !!!

Sache que ta présence sur notre site nous réjouit. Sache aussi que nous sommes heureux que vous soyez si nombreux.ses à nous suivre sur le web. Nous avons choisi de mettre en accès libre une grande partie de nos articles … pour le partage & pour répondre à notre mission d’éducation permanente. Mais produire une information de fond & de qualité implique un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous à nos revues !

A la Une