Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Partenariat régional avec des EFT autour de l’aménagement d’un sentier Ravel

Le long de la Sambre se déroule une région industrielle en recherche de valorisation d’image de marque. L’asbl Paysage et patrimoine1 récemment crééeveut apporter sa pierre à cette reconstruction avec notamment un projet reliant les peintures paysagistes de Jean-Baptiste Scoriel, un homme du cru, dont la réputation adépassé nos frontières, mort en 1956, et les paysages qu’il a peints, grâce à des panneaux en verre, un matériau fort lié à larégion, et à l’aide de nombreux partenaires parmi lesquels les EFT (entreprises de formation par la travail) et les écoles de la région. Rencontre avec Pierre Crappeet Alain Roly, moteurs de « Paysage et patrimoine ».

28-07-2005 Alter Échos n° 148

Le long de la Sambre se déroule une région industrielle en recherche de valorisation d’image de marque. L’asbl Paysage et patrimoine1 récemment crééeveut apporter sa pierre à cette reconstruction avec notamment un projet reliant les peintures paysagistes de Jean-Baptiste Scoriel, un homme du cru, dont la réputation adépassé nos frontières, mort en 1956, et les paysages qu’il a peints, grâce à des panneaux en verre, un matériau fort lié à larégion, et à l’aide de nombreux partenaires parmi lesquels les EFT (entreprises de formation par la travail) et les écoles de la région. Rencontre avec Pierre Crappeet Alain Roly, moteurs de « Paysage et patrimoine ».

N’ayant pas pu bénéficier des mannes d’Objectif 1, la commune de Sambreville a obtenu toutefois de bénéficier d’une autre aide européenne : leprojet Urban II. Celui-ci vise à revaloriser la cité (ex. : aménagement de la place d’Auvelais), à développer la formation et le social (ex. : revitalisationde quartiers) et à coordonner et soutenir les initiatives qui vont dans ce sens. Une cellule Urban décide des projets qui se partageront 15 000 000 d’euros jusqu’à2006.

Pierre Crappe et Alain Roly avaient répondu à un premier appel à projets en 2001. Leur but était de planter sur cinq kilomètes du sentier Ravel le long de laSambre 14 panneaux informatifs et didactiques pour faire le lien entre les œuvres du peintre régional Jean-Baptiste Scoriel et les paysages qui l’avaient séduit. La celluleUrban, favorable au projet Ravel Scoriel, répondit toutefois qu’il fallait le réécrire, le soutenir par une asbl et qu’elle voyait la possibilité d’yfaire participer une entreprise de formation par le travail. Autour d’une table se réunirent alors les acteurs déjà cités, l’EFT « Quelque chose àfaire », centrée sur le bâtiment, et l’EFT « Cap jeunesse » formant aux métiers du cheval et de l’environnement. Cette rencontre déboucha surl’élaboration de deux « chantiers écoles », un label français qui désigne la réalisation de chantiers dans le patrimoine à laquelle estassocié un public en difficultés.

« Notre asbl compte quatre personnes moteurs et une vingtaine de membres, nous dit Pierre Roly. De septembre 2003 à juin 2004, elle désire coordonner le travail d’unesérie de partenaires autour du premier chantier école pour réaliser les panneaux et les implanter sur le site. » Les supports en fer seront soudés par desélèves de l’Athénée royal de Tamines et du Collège Saint-André d’Auvelais. Ceux du CEFA aménageront une halte étape autourd’une vieille écluse. Les stagiaires des deux EFT reconnaîtront les paysages, les emplacements des panneaux, aménageront et entretiendront le site de façonécologique. L’école des Beaux-Arts réalisera les infographies. Des firmes de la région fourniront les plaques de verre, matériau hautement symbolique puisquela région est très dense en entreprises liées au travail du verre.

Des réponses qui se font attendre et de gros budgets à avancer…

« Nous allons organiser très prochainement une réunion de quartier avec les riverains, précise Pierre Crappe. Notre projet n’est pas figé. Et nous comptonsécouter les réactions des gens du terrain. »

Cette entreprise est vaste. « Notre principale difficulté, poursuit Pierre Crappe, c’est d’avoir des réponses rapides et nettes de la part del’administration. » Les contacts avec le MET, propriétaire du site, et avec les Voies navigables sont toujours très positifs. Mais les décisions officielles tardent.L’autre difficulté est financière. Urban II donnera 223 000 euros sur quatre ans pour encadrer les EFT avec un rajout éventuel de 25 000 euros. Les écoles fournirontla main-d’œuvre. Mais il faut trouver de l’argent pour les matériaux. « Nous comptons sur les partenaires privés, répond Pierre Crappe. Mais un panneaucoûte près de 4 000 euros. Et si nous voulons entretenir le site, nous devrons en prévoir une réserve pour faire face au vandalisme. » Notons aussi ladifficulté technique de devoir avancer la plus grande partie de l’argent, l’Europe payant sur facture et avec un certain retard. La Région wallonne pourrait déciderdans les jours qui viennent d’avancer… 7 % de la somme.

Ce projet crée de l’émulation au fil de l’eau. Le tourisme d’un jour pourrait se développer autour du sentier Ravel mais aussi d’une halte fluviale.Interreg 3, un dossier européen transfrontalier, pourrait soutenir le parcours fluvial sur la Meuse et la Sambre, qui bénéficie aussi d’un contrat de rivière. Lasection formation pierre du Forem déménagerait la stèle du peintre pour l’installer sur le Ravel, etc.

Ravel Scoriel veut aussi créer une émulation parmi tous les partenaires du projet en pariant sur le fait que tous ces acteurs respecteront davantage le site, participeront àla construction d’une nouvelle image de marque de la région et en retireront sans doute une certaine fierté.

1. Paysage et patrimoine, Pierre Crappe, rue Van Cutsem, 23 à 5190 Jemeppe-sur-Sambre, tél. : 0477 17 42 11.

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)