Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

"Orientation et information sur les études, les formations et les métiers : l'avis du CEF"

26-08-2002 Alter Échos n° 125

Le Conseil de l’éducation et de la formation a adopté le 21 juin un 78e avis qui porte sur l’orientation et l’information. Entamé le 22 septembre 2000, le travailréalisé a été jalonné par un rapport intermédiaire (18 mai 2001), un séminaire (5 novembre 2001) et un colloque (1er février 2002). L’avis 34du CEF abordait déjà l’orientation et l’information mais en se focalisant uniquement sur le passage du secondaire au supérieur, alors que l’approche adoptée ici est pluslarge.
Panorama
Sur les sept chapitres de cet avis, les trois premiers consistent en une sorte de mise en contexte critique (notamment au regard des conceptions européennes en la matière).D’emblée, le document lie ainsi la question de l’orientation à celle de la revalorisation du technique et du professionnel (thème sur lequel le CEF doit se prononcer dans lesprochains mois). La relégation passe en effet par la possibilité donnée aux conseils de classe de préconiser la délivrance d’attestation d’orientation « B» permettant le passage dans une classe supérieure mais interdisant la poursuite d’une orientation donnée, souvent accompagnées d’une invitation à se diriger vers lequalifiant. En confiant la responsabilité de l’orientation au conseil de classe, le décret-missions entretient cette confusion entre orientation et sélection scolaires.
L’absence de texte légal sur l’orientation au niveau supérieur est également pointée : en laissant ce champ d’action au bon vouloir des acteurs, il devient en effet «parfois difficile de discerner les actions d’information sur les études et professions et les actions de promotion destinées à améliorer la part de marché de celuiqui les organise ».
L’orientation des adultes, une fois passée de la Communautés aux Régions, s’est retrouvée « étroitement liée aux priorités fixées dansles politiques de l’emploi, ce qui lui assure des moyens de subsistance suffisants pour remplir ses missions, mais la soumet aux variations politiques. Le CEF note sur ce plan des modes defonctionnement différents en Wallonie et à Bruxelles. Si le décret Forem de 99 ne visibilise plus l’orientation, sa transformation en Service public de l’emploi chargé decoordonner de multiples opérateurs insiste de nouveau sur l’information et l’orientation. À Bruxelles aucun texte spécifique n’existe mais le travail de définition durôle de l’Orbem a progressivement permis de retenir l’orientation professionnelle au nombre de ses missions.
Définition
Dans la foulée de ce panorama critique (qui soulève notamment les difficultés particulières des personnes étrangères), l’avis avance une définition del’orientation : « L’orientation consiste à permettre à l’individu de se mettre en capacité de prendre conscience de ses caractéristiques personnelles et de lesdévelopper en vue du choix de ses études, de ses formations et de ses activités professionnelles, dans toutes les conjonctures de son existence, avec le souci conjoint du devenircollectif solidaire et de l’épanouissement de sa personnalité et de sa responsabilité. » (Définition de l’Unesco amendée par le CEF) En découle unedéfinition de l’information qui, du point de vue de la personne concernée, se formule comme suit : « Une étape qui doit lui permettre de poser un choix en connaissantl’éventail des possibles et en le confrontant à ses représentations sociales, à ses compétences et à son projet de vie personnel, abordant ainsi la phased’orientation. »
Recommandations
Après avoir décrit les « temps » (à la fois institutionnels et personnels) et les différents acteurs de l’orientation, l’avis se conclut par quinzerecommandations articulées sur six axes. En résumé :
> L’orientation tout au long de la vie comme processus : Garantir un droit à l’orientation tout au long de la vie (un accès institutionnalisé aux services d’orientationet une offre plus lisible), et donc coordonner les différents organismes et pouvoirs afin d’assurer la cohérence du continuum proposé (en termes de finalités et demoyens) ;
> La personne au centre du processus : Eviter la déresponsabilisation des individus et des institutions ;
> Le professionnel de l’orientationý Construire une plus grande identité professionnelle de chacun des divers métiers de l’orientation, et créer unréseau qui favorise la communication entre les professionnels de l’orientation et qui leur permette des échanges à propos de leurs réflexions, de leursméthodes et de leurs outils ;
> L’information une étape du processus d’orientation : Rendre l’information plus lisible, élaborer une charte définissant des principes et des critères dequalité de cette info et développer une éducation aux choix favorisant l’acquisition d’un regard critique sur cette info ;
> Le parcours scolaire : Préciser par arrêté les rôles respectifs du conseil de classe et du PMS en matière d’orientation ; sensibiliser à cetteproblématique dans la formation initiale des enseignants ; etc.
> L’orientation des adultes : Redéfinir les rôles et missions des opérateurs de formation en matière d’orientation professionnelle afin d’assurer une cohérence etune coordination répondant au principe d’orientation tout au long de la vie, faire évoluer l’orientation des adultes vers une véritable formation comprenant l’éducation auchoix et une pédagogie de l’information, faire bénéficier les travailleurs ayant un emploi des méthodes utilisées dans les cellules de reconversion(particulièrement dans les secteurs menacés).
L’avis se conclut en précisant « qu’il y a lieu de dégager des moyens nouveaux lorsque de nouvelles institutions sont créées ou lorsque des missionssupplémentaires sont dévolues aux institutions existantes ».
1 CEF, boulevard Léopold II, 44 à 1080 Bruxelles – tél. : 02/413 27 11 – courriel : cef@cfwb.be – site Web : http://www.cfwb.be/cef

Donat Carlier

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)