Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Le 26 mai, plusieurs participants des marches européennes contre le chômage, en route pour Cologne, ont investi les bureaux de l'ONEm de Liège. Au cours de cette occupation,plusieurs ordinateurs ont été jetés à terre, des bureaux ont été «tagués», etc. Le collectif «Chômeur, pas chien!»,initiateur de cette action, aurait été vraisemblablement débordé. Le bureau liégeois des marches 1 s'est désolidarisé de cette initiative.Témoignage de Jean-Claude Bohmals 2, membre du Bureau des marches européennes de Liège :«La décision d'occuper les bâtiments de L'ONEm revient au collectif ‘Chômeur, pas chien!'. Il a détourné une partie de la manifestation pourréaliser cette occupation. Sur les quelque 230 marcheurs, une vingtaine a pénétré à l'intérieur des bâtiments, tandis qu'une soixantaine estrestée à l'extérieur en soutien. Concrètement, ceux qui ont investi les lieux étaient des membres de ‘Chômeur, pas chien!', d'Alternative libertaire, dela CNT (Confederacion nacional de los trabajadores, anarcho-syndicaliste), du groupe AC ! (France). Les 60 autres restés en bas ignoraient...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Alter Échos

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)