Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Justice

Loverboys : les liaisons dangereuses

Les loverboys, des prédateurs sexuels, recrutent leurs victimes, adultes comme mineures, pour les enrôler par la séduction dans la prostitution. Leur cible: des jeunes filles vulnérables belges mais aussi étrangères. Si le phénomène est particulièrement suivi en Flandre, la sensibilisation est bien moindre côté francophone.

Les loverboys, des prédateurs sexuels, recrutent leurs victimes, adultes comme mineures, pour les enrôler par la séduction dans la prostitution. Leur cible: des jeunes filles vulnérables belges mais aussi étrangères. Si le phénomène est particulièrement suivi en Flandre, la sensibilisation est bien moindre côté francophone.

Ce nom ne vous dira sans doute rien. Soufiane Eddyani est un rappeur anversois qui a provoqué en janvier dernier la polémique en Flandre avec sa chanson «Amigo». Dans ce titre, il y soutient son ami Bilal Azzouzi, un loverboy condamné en 2016 pour proxénétisme de mineures. En 2015, l’individu tombe dans le collimateur de la justice pour avoir «offert» son toit à une adolescente qui avait fui une institution. Mais l’hébergement n’est pas gratuit. Le proxénète offre cadeaux et «protection» à sa victime qui développe des sentiments à son égard, tandis que ce dernier la poussera progressivement à se prostituer. Face à ce soutien artistique, les témoignages de victimes ne vont pas tarder à s’enchaîner dans les médias du nord du pays. Il y a notamment celui de Caroline1, qui s’est retrouvée à 14 ans dans les filets d’un proxénète. La jeune fille était en IPPJ lorsqu’elle a fait la rencontre d’un «loverboy» anversois. «Au début, je n’ai pas compris qu’il n’était pas fiable. Il m’envoyait de gentils messages et m’offrait des petits cadeaux. Je m’éclipsais souvent...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Les loverboys, des prédateurs sexuels, recrutent leurs victimes, adultes comme mineures, pour les enrôler par la séduction dans la prostitution. Leur cible: des jeunes filles vulnérables belges mais aussi étrangères. Si le phénomène est particulièrement suivi en Flandre, la sensibilisation est bien moindre côté francophone.

Ce nom ne vous dira sans doute rien. Soufiane Eddyani est un rappeur anversois qui a provoqué en janvier dernier la polémique en Flandre avec sa chanson «Amigo». Dans ce titre, il y soutient son ami Bilal Azzouzi, un loverboy condamné en 2016 pour proxénétisme de mineures. En 2015, l’individu tombe dans le collimateur de la justice pour avoir «offert» son toit à une adolescente qui avait fui une institution. Mais l’hébergement n’est pas gratuit. Le proxénète offre cadeaux et «protection» à sa victime qui développe des sentiments à son égard, tandis que ce dernier la poussera progressivement à se prostituer. Face à ce soutien artistique, les témoignages de victimes ne vont pas tarder à s’enchaîner dans les médias du nord du pays. Il y a notamment celui de Caroline1, qui s’est retrouvée à 14 ans dans les filets d’un proxénète. La jeune fille était en IPPJ lorsqu’elle a fait la rencontre d’un «loverboy» anversois. «Au début, je n’ai pas compris qu’il n’était pas fiable. Il m’envoyait de gentils messages et m’offrait des petits cadeaux. Je m’éclipsais souvent...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Pierre Jassogne

Pierre Jassogne

Journaliste (social, justice)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)