Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Logement

Logement public : le social modéré

En juillet dernier, le gouvernement Vervoort III publiait ses déclarations politiques pour les cinq années à venir. L’axe prioritaire? Le logement. Le point est clair, il y a urgence à agir au niveau de la politique sociale de ce côté-là. Mais les ministres ont du vocabulaire: le melting-pot des termes «embrouille» et «enfume».

Plate VIII. The art of drawing in perspective made easy to those who have no previous knowledge of the mathematics. 1803.

En juillet dernier, le gouvernement Vervoort III publiait sa déclaration gouvernementale pour les cinq années à venir. L’axe prioritaire? Le logement. C’est clair, il y a urgence. Mais les ministres ont du vocabulaire: le melting-pot des termes embrouille et enfume.

«Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde», affirmait un certain Albert Camus au milieu du siècle dernier. À peu de mots près, c’est la maxime qui revient à la bouche du milieu associatif et scientifique qui s’est penché sur le point logement du nouvel accord gouvernemental: c’est un très beau projet, plein de promesses, mais tellement nébuleux qu’il est difficile de ne pas être sceptique. Actuellement, plus de 43.000 ménages bruxellois sont inscrits sur la liste d’attente pour un logement social. C’est presque deux fois plus qu’il y a quinze ans, d’où la nécessité criante d’accroître le parc de logements publics. Le gouvernement entend régler efficacement le problème en proposant un toit à 15.000 ménages bruxellois d’ici à 2024. Son plan d’attaque? La rénovation et la construction pour atteindre un taux de 15% de logements à finalité sociale sur le territoire bruxellois. Actuellement, on atteint tout juste la barre des 9%. Le tout devrait être réparti de manière équilibrée selon les communes et les quartiers afin de favoriser une mixité sociale, qui reste, pour certains, assez utopique. Une mesur...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Ema Alvarez

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)