Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Vu de Flandre

Les immigrés préfèrent se marier en Belgique

Les personnes d’origine turque ou marocaine vivant en Belgique vont de moins en moins chercher un ou une partenaire dans leur pays d’origine. C’est ce qui ressort d’une étude del’Université de Gand.

13-11-2012 Alter Échos n° 348

Les personnes d’origine turque ou marocaine vivant en Belgique vont de moins en moins chercher un ou une partenaire dans leur pays d’origine. C’est ce qui ressort d’une étude del’Université de Gand.

Traditionnellement, lorsqu’un fils ou une fille était en âge de se marier, les familles turques de Gand profitaient de leurs vacances d’été à Emirdag, en Anatoliecentrale, pour y dénicher l’âme sœur. Mais à en croire l’enquête de Pieter-Paul Verhaeghe, Koen Van der Bracht et Bart Van de Putte, c’est de moins en moins le cas.Ces trois chercheurs de l’Université de Gand ont comparé, pour les communautés turque et marocaine de la ville, les données des registres d’état civil sur lesmariages et les cohabitations sur la période 2001-2008. Et les chiffres sont très parlants. En 2001, 71 % des Gantois d’origine turque allaient encore chercher une partenaire dans leurpays d’origine. En 2008, ce chiffre n’était plus que de 49 %. Quant aux Gantois d’origine marocaine, ils n’étaient plus que 38 % en 2008 à aller chercher une compagne ou uncompagnon au Maroc contre 61 % sept ans plus tôt. Et selon Pieter-Paul Verhaeghe, cette évolution serait plutôt moins marquée à Gand qu’ailleurs. « Dans lesanciennes communes minières du Limbourg par exemple, on sait que ce pourcentage est encore plus bas. » Les auteurs ont publié le résultat de leurs recherches dans unlivre intitulé « Migrant zkt. toekomst »1 (« Immigré ch. avenir »), essentiellement consacré à la situation àGand.

Trop de désavantages

« Les Turcs de Gand sont de plus en plus convaincus des difficultés inhérentes à ce type de mariage », affirme Pieter-Paul Verhaeghe. « Leschiffres sont clairs. Ceux qui vont chercher un ou une partenaire en Turquie ont beaucoup plus de chances de divorcer. Non seulement, il y a, pour celui ou celle qui arrive ici, toutes lesdifficultés liées à l’apprentissage de la langue. Mais souvent, les partenaires ne trouvent pas de travail, au moins au cours des premières années. Cela conduità toute une série de frustrations. Si bien que les Turcs de Gand sont de plus en plus convaincus que ce type de relation comporte surtout des désavantages. » Enconséquence, beaucoup d’entre eux préfèrent dès lors chercher en Belgique une personne d’origine turque. « Mais il y a aussi de plus en plus de mariagesmixtes », selon Pieter-Paul Verhaeghe. Au sein de cette communauté, le nombre de mariages avec un ou une Belge de souche est passé de 4 à 8  % au cours de lamême période.

Changements socio-économiques

Pour les enquêteurs, cette évolution est également liée aux changements socio-économiques qui ont affecté une partie de la communauté. « Ily a toute une classe moyenne turque, qui a pas mal réussi économiquement et qui tend à délaisser les traditionnels quartiers à fort densité immigréecomme la Rabot et la Brugse Poort pour aller vivre en périphérie  : à Wondelgem, Gentbrugge ou Sint-Amandsberg. Les Turcs et les Belges se côtoient de plus en plusaussi. Les Flamands vont de plus en plus chez le boulanger turc. Les asbl turques cherchent à s’approcher des organisations flamandes de jeunes. »

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, cette évolution n’a pas que des conséquences positives. « Si les modèles positifs quittent les enclaves turquesde la ville, il risque de ne rester que ceux qui sont plus fragilisés socialement. De jeunes familles flamandes reviennent tout doucement s’installer dans ces quartiers parce que les maisons ysont moins chères qu’ailleurs. Mais nous remarquons que le plus souvent, les Turcs qui quittent la Brugse Poort ou le Rabot louent leur ancienne habitation à de nouveaux migrants, commedes Slovaques ou des Bulgares. Ceux-ci risquent d’être marginalisés socialement parce qu’ils n’ont pas d’emploi ou alors du travail sous-payé et qu’ils ne parlent pas suffisammentnotre langue. »

La solution, selon les auteurs  : mettre l’accent sur le travail de quartier pour faciliter à ces nouveaux migrants l’accès à l’enseignement et au marché dutravail. « Il y a de plus en plus de diversité dans ces anciens ghettos. Et il ne suffit pas de rénover les quartiers, il faut surtout permettre aux gens de prendreeux-mêmes les choses en main. »

D’après De Morgen et De Standaard

1. site : www.migrantzkttoekomst.be

Pierre Gilissen

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)