Alter Échosr
Regard critique · Justice sociale

Archives

Les Goujons ont enfin leur lavoir social

S’inspirant du lavoir social de Saint-Gilles, l’Union des locataires Anderlecht-Cureghem (Ulac)1 a adapté le concept sur le site des Goujons. En novembre, l’Ulac évoquaitdéjà ce projet dans nos pages, projet qui a pris corps cet été, au grand contentement des locataires.

22-09-2006 Alter Échos n° 215

S’inspirant du lavoir social de Saint-Gilles, l’Union des locataires Anderlecht-Cureghem (Ulac)1 a adapté le concept sur le site des Goujons. En novembre, l’Ulac évoquaitdéjà ce projet dans nos pages, projet qui a pris corps cet été, au grand contentement des locataires.

C’est ce 15 septembre qu’a eu lieu l’inauguration officielle du lavoir social et du service d’aides ménagères au rez-de-chaussée de l’immeuble du 59 de la rue des Goujons. Lelocal, lumineux et entièrement remis à neuf, contraste radicalement avec l’image sombre que renvoient souvent les médias concernant cet immeuble. À deux pas de là,sur le coin du bâtiment, la salle communautaire, l’école de devoir «Arc-en-ciel » et le projet de cohésion sociale ont été installés dans deslocaux vitrés. L’Equipe d’embellissement des Goujons, mise sur pied par l’Ulac, en a fait également des endroits accueillants et conviviaux. Le mobilier est neuf et les petitsécoliers s’y sentent à l’aise. L’aménagement a coûté 150 000 euros au Foyer anderlechtois – dont 30 000 de subsides de la Société de logement dela Région de Bruxelles-Capitale – et 25 000 euros apportés par l’Ulac.

Un projet qui répond à des attentes

Dans un premier temps, l’Ulac a organisé une enquête auprès de 150 à 200 personnes. La majorité souhaitait un salon-lavoir social au sein de l’immeuble. Parailleurs, il convient de noter que 25 % des locataires sont des personnes âgées, et parmi celles-ci bon nombre sont seules et ont plus de 60 ans. « C’est à ce groupe-cibleque le service est destiné », explique Abderazak Benayad, coordinateur de l’Ulac. L’objectif est de casser leur isolement. D’où la création simultanée d’un serviced’aides ménagères, car de plus en plus de personnes âgées, isolées et/ou handicapées réclament un service à domicile. Le fait de proposer unservice de proximité à tarif social permet à ces personnes de rester indépendantes plus longtemps tout en les sortant de leur isolement.
« De par un manque total d’espaces de rencontre dans le quartier, les habitants des Goujons ont très peu l’opportunité de se rencontrer et d’avoir une conversation,développe l’Ulac dans un document. S’ajoute à cela que bon nombre de locataires sont difficiles à atteindre et a fortiori à motiver en ce qui concerne la participation auxactivités. Il s’agit surtout du groupe de locataires les plus fragilisés (personnes âgées, handicapés, isolés). »

De la mise à l’emploi

Le lavoir social est aussi un projet d’insertion socioprofessionnel visant, d’une part, à créer de l’emploi pour trois personnes article 60 § 7 et, d’autre part,d’améliorer la qualité de la vie des locataires. Une personne gère le lavoir et deux aides ménagères passent chez les locataires. « Tout l’enjeu est destabiliser les aides ménagères pour favoriser le rapport de confiance entre celles-ci et les locataires, nous dit Abderazak Benayad. Les aides ménagères sont aupréalable formées dans un home du CPAS pour apprendre à s’occuper des personnes âgées. » Il précise encore que « le projet est inspiré dulavoir social de Saint-Gilles qui fonctionne aussi avec une aide ménagère qui passe chez les locataires. Une de nos aides ménagères a d’ailleurs été y suivreun stage de plusieurs jours. »

18 étages rénovés

Par ailleurs, le projet d’insertion socioprofessionnelle « Équipe d’embellissement des Goujons » de l’Ulac a terminé la rénovation des communs des Goujons. Entrois ans, 16 ouvriers articles 60 § 7, encadrés par trois chefs de chantiers, se sont succédé pour rénover les communs de manière à améliorerl’environnement et le cadre de vie des locataires. Dans la pratique, cinq articles 60 étaient encadrés à chaque fois par un ACS. Au total, souligne l’Ulac, « celle-ci aréalisé la peinture de 2 754 m2 de plafonds, 3 236 m2 de murs, 1 335 portes dans 18 étages de couloirs. » Il est question maintenant de rénoverles cages d’escalier, qui en ont grand besoin. Seul regret du coordinateur de l’Ulac : « Sur les 16 « article 60 » qui sont passés par ce projet, aucun n’a été engagépar le service technique du Foyer. »

Précisons encore que tant le projet « Équipe d’embellissement » que le lavoir social sont reconnus comme Ilde (Initiative locale pour le développement del’emploi).

1. Ulac, chée de Mons 291 à 1070 Anderlecht – tél. : 02 520 21 29 – fax : 02 522 46 15 – courriel : info@ulac-huvak.be

Baudouin Massart

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)