Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Les Flamands veulent-ils vraiment plus de francophones dans leurs usines ?

Jusqu’ici ils ne sont que 200 demandeurs d’emploi à avoir trouvé un job en Flandre dans le cadre des plans visant à favoriser la mobilitéinter-régionale des chômeurs. Parmi les facteurs en cause, la frilosité de certains employeurs flamands, ce qui a le don d’énerver Rudy Demotte.

09-05-2008 Alter Échos n° 251

Jusqu’ici ils ne sont que 200 demandeurs d’emploi à avoir trouvé un job en Flandre dans le cadre des plans visant à favoriser la mobilitéinter-régionale des chômeurs. Parmi les facteurs en cause, la frilosité de certains employeurs flamands, ce qui a le don d’énerver Rudy Demotte.Depuis juillet 2007, le Forem et son équivalent flamand, le VDAB, collaborent étroitement pour tenter de faire entrer davantage de Wallons sur le marché flamand du travail. Laconjoncture est favorable en Région flamande et, depuis quelques temps, de nombreuses offres d’emploi n’y trouvent plus preneur. Le ministre-Président flamand, Kris Peeters(CD&V) a pour objectif déclaré de faire venir 50 000 travailleurs supplémentaires de Wallonie. À l’heure actuelle, ils sont déjà quelque 40 000Wallons à travailler au nord du pays. Mais la mayonnaise ne prend pas : seulement 140 travailleurs ont franchi le pas au second semestre 2007, et 46 au cours du premier trimestre de 2008.Hilde Gillebert, coordinatrice du projet de mobilité inter-régionale pour le Forem estime que « peut-être que toutes les entreprises qui embauchent des Wallons en Flandre nenous le font pas savoir et qu’il y a davantage de recrutem...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Pierre Gilissen

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)