Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Economie
© Arctik

Les entreprises bruxelloises de l’économie circulaire autour d’un cluster

24 mai 2018 Sarah Barbier

Hub Brussels, l’agence bruxelloise pour l’accompagnement de l’entreprise, lance ce jeudi 24 mai un cluster qui rassemble les entreprises de la capitale inscrites dans l’économie circulaire.

Après trois années de travail et de réflexion, circelemade.brussels, le premier cluster bruxellois axé sur l’économie circulaire est lancé ce jeudi 24 mai par Hub brussels, une Agence bruxelloise pour l’accompagnement d’entreprises. Un cluster est une plateforme internet qui rassemble plusieurs acteurs. Dans ce cas-ci, il s’agit d’entreprises bruxelloises qui s’inscrivent dans une logique d’économie circulaire, des institutions publiques et des chercheurs académiques. «Aujourd’hui, circlemade compte 27 entreprises pionnières dont Tale Me, Coucou, aquaponie, mais il y a 200 entreprises à Bruxelles qui sont dans l’économie circulaires», se réjouit Didier Gosuin, le ministre de la Région de Bruxelles-capitale chargé de l’Économie.

L’objectif de ce cluster est de parvenir à faire connaître les produits de ces entreprises au grand public, notamment via des campagnes de communication. En effet, l’offre est fort présente mais il existe peu de demandes. Si cette dernière ne grandit pas, «le secteur va étouffer»,annonce Didier Gossouin. «Le cluster va permettre de penser à des nouveaux marchés, faire passer les produits issus de l’économie circulaire à Monsieur et Madame tout le monde.»

Ce cluster va aussi créer une communauté et un point de rencontre entre les différentes entreprises afin de développer des relations et des projets. La collaboration entre les diverses entreprises de l’économie circulaire est importante car elle est au cœur de ce modèle économique. En effet, les déchets de l’une peuvent être la matière première de l’autre. «Ce cluster va booster la collaboration entre les entreprises», déclare le ministre.

Collaborer pour mieux réussir

C’est dans cette logique de collaboration et de récupération que Dzerostudio Architecte, un bureau d’architecture durable, et Tale Me, un dressing de vêtements en location pour femmes enceintes et enfants, ont coopéré. Les deux entreprises sont situées l’une à côté de l’autre. Il s’avère qu’un chantier est en cours juste à côté. D’une part, Dzerostudio Architecte récupère les chutes de bois de ce dernier. D’autre part, Tale Me cherchait des nouvelles tringles pour les vêtements et un escalier pour accéder à la mezzanine du hangar. Les deux entreprises ont décidé de collaborer. Dzerostuido Architecte a créé l’escalier et les tringles à partir de bois récupéré du chantier. Ce genre d’initiatives vont être encouragées par le cluster.

Notre capitale est pionnière dans ce modèle économique, affirme Didier Gossouin: «Il n’y a pas d’inquiétude sur la croissance. Cette année, 80 projets inscrits dans l’économie circulaire ont été déposés. Il y a trois ans, on se demandait si on allait en avoir 20…» Le ministre n’est pas le seul à être positif. «Qui aurait cru que ce serait à Bruxelles que ça se développerait?», déclare enthousiaste la patronne parisienne de Tale Me. «Aujourd’hui, après quatre ans d’existence, on envoie des colis dans toute l’Europe dont 70% en France.»

 

Pssssttt, cher.chère visiteur.euse du site d’Alter Échos !!!

Sache que ta présence sur notre site nous réjouit. Sache aussi que nous sommes heureux que vous soyez si nombreux.ses à nous suivre sur le web. Nous avons choisi de mettre en accès libre une grande partie de nos articles … pour le partage & pour répondre à notre mission d’éducation permanente. Mais produire une information de fond & de qualité implique un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous à nos revues !

A la Une