Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Le travail comme torture, le management comme épidémie…

Chaque semaine, dans trois hôpitaux publics de la région parisienne, une psychologue et deux médecins reçoivent des hommes et des femmes malades de leur travail. Leurséchanges sont filmés, sans fioriture, ni effet de manches. Tel est l’arguement de Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés, le dernier documentaire deSophie Bruneau et Marc-Antoine Roudil. Pendant une heure, la caméra ne se détache pas de ces dialogues, s’attardant sur quatre témoignages en train de se dire dans leshésitations et les balbutiements. Niveau zéro de la mise en scène : plus que la caméra, c’est la parole qui fait voir. Tout ce qui n’est pas montré (le hors-champde la souffrance sur les lieux de travail) transparaît dans les visages, les postures, les tics et, évidemment, les récits de chacun des quatre intervenants.

24-03-2006 Alter Échos n° 205

Chaque semaine, dans trois hôpitaux publics de la région parisienne, une psychologue et deux médecins reçoivent des hommes et des femmes malades de leur travail. Leurséchanges sont filmés, sans fioriture, ni effet de manches. Tel est l'arguement de Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés, le dernier documentaire deSophie Bruneau et Marc-Antoine Roudil. Pendant une heure, la caméra ne se détache pas de ces dialogues, s'attardant sur quatre témoignages en train de se dire dans leshésitations et les balbutiements. Niveau zéro de la mise en scène : plus que la caméra, c'est la parole qui fait voir. Tout ce qui n'est pas montré (le hors-champde la souffrance sur les lieux de travail) transparaît dans les visages, les postures, les tics et, évidemment, les récits de chacun des quatre intervenants.Ce sont ainsi quatre témoignages qui sont proposés, semblables au-delà des différences contextuelles : celui d'une ouvrière à la chaîne, d'undirecteur d'agence, d'une agente d'entretien en maison de repos (souvent appelée à faire office d'infirmière sans, évidemment, en avoir les compétences ni lediplôme), et enfin d'une gérante de magasin.Ils ne mouraient ...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Edgar Szoc

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)