Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Travail
Sur les 1472 jeunes s’étant présentés, seuls 699 ont été jugés prêts «pour s’engager dans un emploi à court terme».

Le public cible des contrats d’insertion reste très fragilisé

Alter Échos n° 459 7 février 2018 Julien Winkel

Après un départ mitigé, les contrats d’insertion bruxellois semblent tout doucement trouver leur rythme de croisière. Même si les publics fragilisés sont compliqués à impliquer.

Il y a quelques mois, il admettait que les choses prenaient du temps. Aujourd’hui, Didier Gosuin, ministre bruxellois de l’Emploi (Défi), commence à pousser un – petit – ouf de soulagement. Lancés au 1er juillet 2016, les contrats d’insertion ont connu des ratés au démarrage. Depuis quelque temps, la situation semble néanmoins s’être améliorée.

Pour rappel, les contrats d’insertion sont proposés à tout jeune bru...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Échos. Consultez nos offres d’abonnement &  profitez de notre offre de rentrée à tarif avantageux. La revue Alter Échos est également disponible à la vente en librairie. Produire une information de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Lisez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous…

En savoir plus

Après un départ mitigé, les contrats d’insertion bruxellois semblent tout doucement trouver leur rythme de croisière. Même si les publics fragilisés sont compliqués à impliquer.

Il y a quelques mois, il admettait que les choses prenaient du temps. Aujourd’hui, Didier Gosuin, ministre bruxellois de l’Emploi (Défi), commence à pousser un – petit – ouf de soulagement. Lancés au 1er juillet 2016, les contrats d’insertion ont connu des ratés au démarrage. Depuis quelque temps, la situation semble néanmoins s’être améliorée.

Pour rappel, les contrats d’insertion sont proposés à tout jeune bru...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Échos. Consultez nos offres d’abonnement &  profitez de notre offre de rentrée à tarif avantageux. La revue Alter Échos est également disponible à la vente en librairie. Produire une information de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Lisez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous…

Pssssttt, cher.chère visiteur.euse du site d’Alter Échos !!!

Sache que ta présence sur notre site nous réjouit. Sache aussi que nous sommes heureux que vous soyez si nombreux.ses à nous suivre sur le web. Nous avons choisi de mettre en accès libre une grande partie de nos articles … pour le partage & pour répondre à notre mission d’éducation permanente. Mais produire une information de fond & de qualité implique un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous à nos revues !

A propos de l'auteur

Julien Winkel

Dans ses rêves d’enfance, Julien se voyait astronaute. À tel point qu’il imaginait qu’une fusée l’attendrait à la sortie de l’école pour l’emporter dans les étoiles, loin de ce monde de brutes. Lorsqu’on l’interroge sur ses héros, Julien affiche une belle cohérence puisqu’il cite Ian Solo et Marty Mac Fly. Pourtant, quelques années plus tard, c’est avec un diplôme de journaliste et un master européen en étude du spectacle vivant qu’il se retrouve. En tandem avec Cédric Vallet, Julien forme ainsi le pôle excellence de la rédaction. Il entretient en parallèle une passion extrême pour la musique : « surtout la musique noire américaine des 50’/60’s/70’s : soul, blues, funk. Il y a tellement d’émotion, de beauté, de drames, de rêves de rédemption et de vie dans cette musique qu’elle permet de ne pas finir racorni par les aléas de la vie et de ne pas totalement désespérer de l’espèce humaine. » Une envolée lyrique digne de la plume qu’il manie au service d’une « information jugée plus importante que jamais bien que vraiment galvaudée en de trop nombreuses occasions ». julien [dot] winkel [at] alter [dot] be

A la Une