Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Le point avec Bernard De Vos sur le CAAJ de Bruxelles

Le Conseil d’arrondissement de l’aide à la jeunesse (CAAJ) de Bruxelles1 s’attend à relever de nouveaux défis en 2008. Le départ de son président,Bernard De Vos, n’en sera pas le moindre.

16-03-2008 Alter Échos n° 248

Le Conseil d’arrondissement de l’aide à la jeunesse (CAAJ) de Bruxelles1 s’attend à relever de nouveaux défis en 2008. Le départ de son président,Bernard De Vos, n’en sera pas le moindre.

Le 15 avril prochain, Bernard De Vos rangera définitivement au vestiaire sa casquette de président du CAAJ de Bruxelles pour coiffer celle, plus médiatique, dedélégué général de la Communauté française aux droits de l’enfant.

À l’heure de tirer le bilan de son action dans le secteur de l’aide à la jeunesse, celui-ci souligne tout d’abord la qualité des relations qu’il a entretenues avec les membresdu Conseil. « Lors des six ou sept réunions, j’espère que ceux-ci ont apprécié ma présidence, avance Bernard De Vos. La prévention, c’est trèssérieux mais cela passe mieux si l’on met une touche de légèreté dans la forme. »

Si son successeur n’est pas encore connu (« les procédures de recrutement ne sont pas encore lancées », confie le président démissionnaire), il demeure que sasuppléante, Catherine Otte, qui dirige le service d’accrochage scolaire du Seuil, deviendra prochainement membre effective, mais n’assurerait pas l’intérim. Le futur présidentaura incontestablement à traiter de nombreux dossiers délicats en 2008.
« C’est vrai que cela s’annonce difficile, reconnaît Bernard De Vos. Les dossiers chauds et nos thèmes prioritaires sont la question scolaire, la transversalité de laprévention avec d’autres secteurs et la question des mineurs réfugiés non-accompagnés. Ces débats existeront encore dans deux ans et l’on doit veiller àmener des initiatives innovantes à ce propos. »

Redémarrer et décloisonner

Après deux ans durant lesquels le CAAJ de Bruxelles a plutôt « temporisé », un nouveau souffle pourrait lui être insufflé. À l’instar de la pièce dethéâtre Stone ! qu’il a programmée à la Maison des cultures de Saint-Gilles le 26 février dernier, le Conseil veut lancer des ponts entre prévention etculture. Jouée et écrite par des adolescents pour des adolescents, cette création ambitionne de susciter le débat en posant les questions sur des thèmes comme ledésœuvrement et le manque de repères qui intéressent et concernent les jeunes.

Les rapports avec le cabinet de la ministre Fonck2 n’ont pas toujours permis une collaboration étroite ces dernières années. Le président du CAAJ deBruxelles jugeant que « des indications un peu trop rapides avaient été données sur le fonctionnement des CAAJ par le cabinet ». Plus précisément, leur transformationen plate-forme intersectorielle a hérissé les représentants du secteur qui ont marqué leur incompréhension. « Même parmi ceux qui trouvaient que l’idéene semblait pas mauvaise, il y a eu des réticences, souligne Bernard De Vos. On ne voyait pas assez clairement où cela menait. »

Sur la question de la prévention générale comme réponse structurelle au « rouleau compresseur sécuritaire venu du fédéral », Bernard De Vos estimequ’elle doit s’appliquer à l’aide à la jeunesse mais aussi à d’autres secteurs que sont l’éducation ou le sport. Il met d’ailleurs en avant leur apport et leurcomplémentarité. « L’aide à la jeunesse doit rester l’un des piliers de la Communauté française en termes de prévention mais elle doit le faire en lien avecl’éducation permanente et d’autres acteurs socioculturels. »

Actuellement directeur de SOS Jeunes/Quartier libre3, un service d’aide en milieu ouvert (AMO), Bernard De Vos quittera aussi ce poste à la mi-avril.

Lui qui dit ne pas vouloir « être déconnecté de la réalité des jeunes », souhaite appuyer davantage ce décloisonnement dans sa nouvelle fonction dedélégué général aux droits de l’enfant.

1. CAAJ Bruxelles :
– adresse : bd Léopold II, 20 à 1080 Bruxelles
– tél : 02 413 35 56
– courriel : caaj.bruxelles@cfwb.be

2. Cabinet de Catherine Fonck, ministre de la Santé, de l’Enfance et de l’Aide à la Jeunesse :
– adresse : bd du Régent, 37-40 à 1000 Bruxelles
– tél. : 02 788 83 11
– courriel : cabinet.fonck@cfwb.be
– site : www.gouvernement-francophone.be
3. SOS Jeunes/Quartier libre :
– adresse : rue Mercelis, 27 à 1050 Bruxelles
– tél. : 02 512 90 20
– courriel : contact@fugue.be
– site : www.fugue.be

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)