Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

"Le job étudiant avec la mission locale de Forest : une expérience formative pour l'accès à l'emploi"

08-10-2001 Alter Échos n° 106

C’est en juin 2000 que la directrice de la Mission locale de Forest1, Frédérique Mawet, apprend en conversant avec un responsable Métal de la FGTB au détourd’une réunion, que l’usine VW de Forest recruterait un grand nombre d’étudiants pour les mois de juillet, août et septembre 2000. Saisissant la balle au bond,l’équipe informe les jeunes du quartier via ses partenaires scolaires dans le projet Jeep (voir la dépêche “Moi, quoi demain ?” dans ce numéro).
Étant donné la complexité des dossiers à remplir, les responsables proposent de centraliser les demandes et d’accompagner les jeunes dans cette tâche ainsi qued’assurer le suivi des dossiers auprès du service du personnel du constructeur automobile forestois. Cette première expérience, partie d’une opportunité, nefut pas une initiative concertée ou planifiée avec l’employeur potentiel. Les informations quant aux besoins, à la procédure de recrutement et aux salaires des jobsétudiants n’ont d’ailleurs pas été collectées sans efforts. Toutefois, à la fin de la saison d’été 2000, 22 jeunes avaientaccédé à un job dans l’usine forestoise par l’intermédiaire de la Mission locale.
Outre que cette action constitue un prolongement très riche du projet Jeep qui est un module interactif de formation au monde du travail dispensé dans les écoles de la commune,”on a aussi constaté que le travail étudiant avait une forte incidence au niveau du travail communautaire dans le quartier”, explique Myriem Amrani, une des responsables du projet Jeepet de la cellule “Job étudiant”.
Pour elle, le job étudiant a un effet positif sur l’estime de soi des jeunes, il permet de se faire valoir positivement, de faire quelque chose de constructif. Il est aussil’occasion de se frotter au monde du travail en étant confronté aux contraintes (se lever, respecter un horaire,…), un premier apprentissage du rapport à descollègues, la façon de mettre des limites, et les aspects relationnels. C’est aussi, dans ce cas, découvrir la réalité du monde ouvrier et peut-êtremême se rendre compte que l’on voudrait faire autre chose et se réinvestir dans les études. C’est encore gagner de l’argent, gérer le salaire etêtre en mesure de soulager les parents quant aux frais occasionnés par la rentrée scolaire.
L’expérience de l’usine automobile fut aussi l’occasion pour les jeunes qui travaillaient dans le même pool de développer des liens de solidarité enpartageant une expérience de travail dans des conditions difficiles (travail à la chaîne, avec des horaires de nuit). En outre, ceux qui avaient des examens de passage les ontréussis malgré leur travail.
À partir de cette première expérience, la Mission locale de Forest, vu la demande des jeunes, a développé une cellule “Jobs étudiants” qui se charge deprospecter auprès des entreprises, d’accueillir les étudiants, de les mettre à l’emploi en assurant un accompagnement, et d’évaluer avec les jeunesl’expérience vécue.
Le service accueille aujourd’hui une centaine d’étudiants. Le projet proposé aux jeunes est bien plus large que le simple fait de “dénicher” un travailétudiant, puisqu’en amont, il s’agit aussi de leur proposer un module de formation afin de développer des savoir-faire et des savoir-être pour bien aborder le milieude l’emploi. Actuellement, quatre groupes d’une quinzaine de jeunes participent à ce module pédagogique. Ils se réunissent le mercredi après-midi de 13 heuresà 16 heures. La recherche d’emploi se limite par contre à la période de juillet, août et septembre. Vu le succès de l’initiative, la Mission locale adû mettre des critères dans les candidatures et donne priorité aux Forestois, aux jeunes qui ont suivi la formation Jeep et aux enfants de parents suivis par la Mission locale deForest.
Pour l’avenir, la cellule “Jobs étudiants” espère développer des partenariats avec des entreprises et leur service du personnel afin de faciliter l’embauche desjeunes en offrant un accompagnement tiers entre le jeune et l’employeur.
1 Mission locale de Forest, Myriem Amrani, bd de la 2e Armée Britannique 29 à 1190 Bruxelles, tél. : 02 349 82 10, fax : 02 349 82 29, e-mail : mamrani@misc.irisnet.be

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)