Alter Échosr
Regard critique · Justice sociale

Archives

« Voisins d’Europe » : décloisonner les habitants pour améliorer leur santé

Depuis maintenant quatre ans, l’asbl « Bruxelles, Ville-Région en santé »1 travaille à décloisonner la santé en privilégiant uneapproche transversale, « où les facteurs économiques, urbanistiques, environnementaux, sociaux sont déterminants dans l’état de « bien-être » ou de« santé subjective ». L’action de l’asbl consiste aussi à « réunir autour de projets communs une variété d’acteurs institutionnels, politiques,académiques, sociaux, citoyens. »

10-02-2006 Alter Échos n° 202

Depuis maintenant quatre ans, l’asbl « Bruxelles, Ville-Région en santé »1 travaille à décloisonner la santé en privilégiant uneapproche transversale, « où les facteurs économiques, urbanistiques, environnementaux, sociaux sont déterminants dans l’état de « bien-être » ou de« santé subjective ». L’action de l’asbl consiste aussi à « réunir autour de projets communs une variété d’acteurs institutionnels, politiques,académiques, sociaux, citoyens. »

« Voisins d’Europe » est l’une de ses actions, qui, pour son lancement, a été présentée au Parlement bruxellois. Lancé par Bruxelles, ce programmeconcerne également les villes de Belfast, Lyon et Milan. L’objectif est d’améliorer les conditions de vie dans les quartiers. Belfast a décidé de travailler sur le «sentiment de sécurité » en restaurant des parcs publics ayant subi des dégradations et où règnent des comportements antisociaux ; Lyon mise sur laparticipation des habitants de banlieues – premiers experts de leur lieu de vie – en vue de la revitalisation des espaces publics ; et Milan œuvre à l’amélioration des conditionsd’une « cohabitation interculturelle harmonieuse » entre « anciens habitants » et « nouveaux habitants » dans le cadre d’un projet d’aménagement duterritoire à la frontière d’une zone urbaine et d’une zone agricole ; enfin, Bruxelles met l’accent sur les dispositifs de participation citoyenne. Le projet est soutenu par les quatrevilles, qui interviennent pour un total d’un million d’euros, et par le programme européen Interreg IIIC (562.000 euros).

Constitution d’un réseau durable

Pour Nicole Purnôde, coordinatrice de « Bruxelles, Ville-Région en santé », l’idée était de partir de projets venant du terrain, en se basant surl’expérience de Four Cities2. Un des constats de cette dernière était que mettre les habitants autour de la table était une bonne chose, mais qu’ils manquaientd’outils pour « participer ».

« Il fallait chercher des villes prêtent à partir des habitants et à travailler sur l’espace public », explique la coordinatrice de l’asbl. « L’objectifétant d’échanger des méthodes et des bonnes pratiques, il fallait trouver un réseau plus permanent et durable. » D’où l’intérêt de trouver desprojets qui soient menés suivant le même modus operandi : miser sur la participation des habitants ; leur donner les acquis et les moyens nécessaires pour qu’ils puissentêtre acteurs ; leur permettre d’aller voir ailleurs ce qui se fait, afin d’acquérir connaissances et méthodes.

Quatre projets bruxellois

Les projets bruxellois concernent Laeken, Molenbeek, Jette et Schaerbeek. Tous ces projets sont en évolution constante. À la rue Albert, à Laeken, un jardin pédagogique(jardins potagers + plaine de jeu) – espace de rencontre interculturelle et intergénérationnelle – a pris place dans un terrain enclavé le long de la ligne de chemin de fer.Porté par l’asbl « Albert Street », il s’adresse aux écoles alentours et aux habitants du quartier Outre-Ponts.

À Molenbeek, le Comité de quartier « Le Maritime » mobilise les locataires sociaux du Logement molenbeekois dans le cadre du contrat de quartier Escaut-Meuse. Le but estde les associer à l’aménagement d’un parc en vue de les conscientiser à vivre dans un environnement vert. À Jette, le Projet de cohésion sociale (PCS), portépar l’Abordage, concerne des locataires du Foyer jettois. L’objectif est de renforcer la sécurité et la convivialité du site en aménageant les abords des tours Esseghem.Il a été décidé de recourir au Beliris, qui affecte des subsides à ce type d’opération. En attendant, des initiatives ont déjàété lancées (jardins potagers accessibles aux personnes moins valides, etc.).
Enfin, à Schaerbeek, des habitants s’activent à assurer le maintien en activité et l’entretien de la piscine Neptunium, ainsi que sa redynamisation en créant de nouvellesactivités. Le projet s’adresse aux utilisateurs de la piscine (actuels et futurs), aux écoles et aux associations.

1. « Bruxelles, Ville-Région en santé », quai du Commerce 7 à 1000 Bruxelles – tél. : 02 219 84 44 – fax : 02 219 84 49 – ville.sante@oms.irisnet.be

2. L’objectif de Four Cities consistait à « identifier et à promouvoir des méthodes innovantes visant à optimiser la collaboration des résidents etcommerçants avec les pouvoirs locaux et vice versa dans le cadre de la mise en œuvre de projets de rénovation urbaine ».

Baudouin Massart

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)