Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Santé

« Laissés pour compte », les travailleurs des maisons de repos ont pris les choses en main

Débordé, chamboulé, le personnel des maisons de repos (MR) n’a pas vraiment eu l’occasion de faire dans la gestion participative afin d’affronter au mieux la crise sanitaire liée au Covid-19… Pourtant, des équipes extérieures l’ont parfois aidé à effleurer les leviers de commande. Quand ce n’est pas lui qui l’a fait de son propre chef.

© Mathieu Van Assche

«Les laissés pour compte de la réponse au Covid-19». Dans un document au titre évocateur, Médecins sans frontières (MSF) faisait en juillet 2020 le bilan de son intervention dans les maisons de repos et les maisons de repos et de soins en Belgique. Face à la situation parfois catastrophique qui y régnait à la suite de l’irruption du Covid-19, l’ONG avait lancé dès le 21 mars 2020 une intervention d’urgence dans une série de «MR» et «MRS» bruxelloises, suivie plus tard par la Flandre et la Wallonie. Le tout pour renforcer les capacités du personnel et l’organisation des soins.

Quand elles débarquent au sein de ces institutions, les «équipes mobiles» mises en place par MSF – auxquelles sont venues s’ajouter des équipes de la Fédération des maisons médicales (FMM), rejointes par des membres de la Croix-Rouge à Bruxelles et de l’Agence pour une vie de qualité (AViQ) en Wallonie – font face à des équipes chez qui règnent «le sentiment d’impuissance et de désespoir, l’anxiété, la panique, la tristesse, la culpabilité et la colère», peut-on lire dans le document. Les origines de ces sentiments ont été maintes fois évoquées depuis: peur du virus, manque de matériel de protection, refoulement des résidents malades par les hôpitaux… La liste est longue. Mais il existe aussi une autre explication, moins évoquée. «Iriscare et l’AViQ ont fini par produire toutes sortes de documents, de p...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Julien Winkel

Julien Winkel

Journaliste (emploi et formation)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)