Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Logement

La Wallonie doit-elle débrancher ses compteurs à budget ?

En imposant les compteurs à budget aux consommateurs en difficulté, la Région wallonne s’est vu reprocher un choix coûteux pour la collectivité. Coûteux et injuste, car il fait reposer sur les plus démunis la responsabilité de la précarité énergétique. Or, la Commission wallonne pour l’énergie (CWapE) vient de publier une étude qui recommande leur maintien. Au grand dam du mouvement associatif.

En imposant les compteurs à budget aux consommateurs en difficulté, la Région wallonne s’est vu reprocher un choix coûteux pour la collectivité. Coûteux et injuste, car il fait reposer sur les plus démunis la responsabilité de la précarité énergétique. Or, la Commission wallonne pour l’énergie (CWapE) vient de publier une étude qui recommande leur maintien. Au grand dam du mouvement associatif.

Les compteurs à budget, les CAB, sont-ils le meilleur moyen de protéger les consommateurs en difficulté de paiement? Le doute est présent chez les politiques depuis plusieurs années déjà. Dans son plan de lutte contre la pauvreté, le gouvernement de Paul Magnette a promis d’évaluer ce mécanisme. C’est donc fait. La CWapE recommande le maintien des CAB. Pour les associations sociales, syndicales rassemblées au sein du RWADE (Rassemblement wallon pour l’accès durable à l’énergie), il n’y a aucune hésitation possible: il faut les supprimer.

Pourtant le nombre de ces cartes prépayées qui permettent de consommer du gaz et de l’électricité explose en Wallonie. Fin 2015, on estimait à 145.000 le nombre de compteurs à budget (avec une forte hausse en 2014). Mais en réalité 64.500 sont réellement actifs. La différence entre les deux chiffres interpelle déjà: plus de la moitié des consommateurs ont désactivé leur compteur après quelques mois. Aurélie Ciuti, porte-parole du RWADE, rappelle au...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Martine Vandemeulebroucke

Martine Vandemeulebroucke

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)