Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

La rénovation de Droixhe peut enfin commencer

Le ministre wallon du Logement Michel Daerden, le bourgmestre de Liège Willy Demeyer, la Maison liégeoise propriétaire du complexe social de Droixhe, la sociétéAtlas gestionnaire des 1.800 appartements et la Société wallonne du logement sont parvenus à un accord pour la requalification du quartier de Droixhe. La convention,signée le 7 mai, débloque le dossier pour la rénovation des 430 appartements du complexe Truffaut-Libération (6 immeubles en front de Meuse), avec un budget de 26,6millions d’euros, un appartement témoin pour fin juillet et lancement des travaux à la fin de l’année. Le chantier, sans déménagement des locataires,sera réalisé avec accompagnement social.

28-07-2005 Alter Échos n° 142

Le ministre wallon du Logement Michel Daerden, le bourgmestre de Liège Willy Demeyer, la Maison liégeoise propriétaire du complexe social de Droixhe, la sociétéAtlas gestionnaire des 1.800 appartements et la Société wallonne du logement sont parvenus à un accord pour la requalification du quartier de Droixhe. La convention,signée le 7 mai, débloque le dossier pour la rénovation des 430 appartements du complexe Truffaut-Libération (6 immeubles en front de Meuse), avec un budget de 26,6millions d’euros, un appartement témoin pour fin juillet et lancement des travaux à la fin de l’année. Le chantier, sans déménagement des locataires,sera réalisé avec accompagnement social.

Cinq tours à vendre

Pour les 665 logements des cinq buildings de l’avenue de la Croix-Rouge (dont trois sont inhabités et deux occupés à 50 %), deux schémas sont envisagés :soit la démolition partielle ou totale, soit l’acquisition, mais négociée pour une mixité sociale (maintien d’une part de logements sociaux) ou délai dedeux ans à dater de la vente pour les 133 familles encore locataires. La démolition grèverait l’enveloppe wallonne pour la requalification (43 millions d’euros) de 10millions et laisserait une dette de 9 millions à la société Atlas pour le remboursement… de la construction des tours. Ce scénario empêcherait aussi laréalisation du troisième volet de la convention : rénovation des 750 appartements de la partie centrale du complexe social (tour Match, square Micha…) via le reliquat des43 millions d’euros wallons. Les 750 logements vont toutefois être sécurisés dès novembre 2003 : parlophones, portes d’entrée et ascenseurs. Dans le casd’une vente des tours, l’acquéreur bénéficiera d’argent public pour les espaces publics, via l’inscription du complexe dans un périmètre derevitalisation urbaine… Reste à trouver l’acheteur intéressé.

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)