Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

La MJ vision s'affiche !

Belle campagne d’affichage des jeunes de la MJ Vision. Contre les préjugés

Campagne d’affichage de la Maison de jeunes « Vision »1, de Schaerbeek. Avec « Oui, ça me dérange », les jeunes expriment leur ras-le-bol… d’une bien belle manière

Décidément, la Maison de jeunes « Vision », située à Schaerbeek, aime bien faire parler d’elle.

Après avoir abordé le thème de l’homosexualité dans un court-métrage « cette prison qu’est mon corps » (Alter Echos, n° 331), les jeunes de la MJ proposent une ambitieuse campagne d’affichage intitulée « Oui, ça me dérange ! ».

Un travail autour des normes sociales et des préjugés que nous raconte Mohamed Mezgout, directeur de la Maison de jeunes : « Les jeunes sont venus nous voir car ils ressentaient un “ras-le-bol”. Ras-le-bol du manque de travail, même pour les jeunes diplômés. Ras-le-bol des contrôles policiers pour un rien, surtout chez les garçons. Quant aux filles, elles en avaient marre du manque de respect qu’elles subissent. »

L’équipe de la MJ a donc proposé de travailler ce ressentiment, avec comme idée de sensibiliser autour de ces trois thèmes : les contrôles policiers, le respect et l’emploi. Des « thématiques récurrentes », pour les jeunes qui fréquentent cette MJ schaerbeekoise.

« Nous avons proposé de créer des affiches pour sensibiliser tout le monde, bien au-delà du quartier, pour en parler, créer des débats. » La campagne se décline donc en une dizaine de visuels où le regard de ces jeunes nous interpelle. Chacune propose son slogan-choc : « Avec ou sans voile, me manquer de respect ? » « Avoir un diplôme et rester sans emploi ? » « Etre jeune et se faire contrôler à cause d’un survêt’ et d’une casquette »… en bas de ces affiches, un liseré rouge où est inscrit « Oui, ça me dérange ! »

« Les jeunes se critiquent beaucoup entre eux »

Transformer une colère latente en parole publique. Voilà une des missions réussies par la MJ, grâce à des affiches en partie pensées par les participants. Dounia, du haut de ses 16 ans, raconte pourquoi elle a décidé de participer à cette aventure : « On a remarqué que les jeunes se critiquent beaucoup entre eux. Une fille qui porte le foulard et se maquille, on va dire d’elle que c’est une pute. Au quotidien, il n’y a pas de respect entre les filles et les garçons. Du coup, on ne sait pas être amis ou communiquer. L’idée, c’est surtout de sensibiliser dans les écoles, car c’est surtout là qu’il y a des critiques. »

Les écoles ont en toute logique été la première « cible » de ces communicants en herbe. « Nous avons distribué les affiches aux 160 écoles secondaires de la Région Bruxelles-Capitale », nous dit Mohamed Mezgout. Des associations, à Bruxelles mais aussi à Liège, ont aussi reçu leurs posters.

Pour en arriver là, la quinzaine de jeunes impliqués dans le projet a travaillé avec l’équipe éducative et un photographe professionnel pendant près de six mois. Il fallait mettre des mots sur ce ras-le-bol, réfléchir au slogan, prendre les photos. Pour le photographe, cité sur le site de la MJ, « l’objectif de ce projet était d’exprimer un désaccord, de le revendiquer et de se questionner sur la société (le paraître, l’individualisme) ».

Dounia est heureuse car les réactions qui ont suivi la campagne d’affichage étaient « très positives ». « Même entre nous, à la MJ, les relations, qui étaient déjà bonnes, se sont améliorées », ajoute-t-elle. Bien sûr, cette campagne d’affichage ne changera pas le monde, ni Bruxelles. Mais de l’aveu de Mohamed Mezgout, les jeunes participants en tirent une grande fierté. Et c’est déjà beaucoup.

1. Maison de jeunes Vision :
– adresse : chaussée de Helmet, 388 à 1030 Bruxelles
– tél. : 02 241 41 78
– site : http://www.asbl-vision.be

Cédric Vallet

Cédric Vallet

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)