Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

L’aide alimentaire : entre les saints et les communistes

Aujourd’hui, en Belgique, 150 000 personnes recourent à l’aide alimentaire. Cette population est en constante augmentation. À Bruxelles, près de 90 organismesoffrent des colis, tiennent un restaurant social ou gèrent une épicerie sociale1. En décembre 2006, la FCSSB-FBCMW2 a initié La Concertation aidealimentaire. Depuis mars 2007, elle réalise une étude sur les réalités de l’aide alimentaire en Région bruxelloise. Elle organisait ces 20 et 21 novembre uncolloque pour en communiquer les premiers résultats et en livrer les questionnements. Une étude qui ne manque pas d’interpeller.

12-12-2008 Alter Échos n° 264

Aujourd’hui, en Belgique, 150 000 personnes recourent à l’aide alimentaire. Cette population est en constante augmentation. À Bruxelles, près de 90 organismesoffrent des colis, tiennent un restaurant social ou gèrent une épicerie sociale1. En décembre 2006, la FCSSB-FBCMW2 a initié La Concertation aidealimentaire. Depuis mars 2007, elle réalise une étude sur les réalités de l’aide alimentaire en Région bruxelloise. Elle organisait ces 20 et 21 novembre uncolloque pour en communiquer les premiers résultats et en livrer les questionnements. Une étude qui ne manque pas d’interpeller.L’aide alimentaire, un sujet de l’ordre de l’ « infra-ordinaire », qui fait partie de ces « pratiques cachées » qui restent au fond des tiroirs,qu’on sort tout au plus une fois l’an quand il s’agit de pousser le brave citoyen-consommateur à remplir son caddie Delhaize lors de la récolte annuelle de vivres. Unsujet qui préoccupe pourtant depuis longtemps les associations de terrain actives au niveau social. Qu’elles pratiquent ou non l’aide alimentaire, tous sont confrontés auxdifficultés de leurs usagers de se nourrir correctement avec un budget de plus en plus corset&ea...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

catherinem

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)