Alter Échosr
Regard critique · Justice sociale

Archives

«  »L’Autre côté du miroir » : pour la formation des « article 60″ »

21-06-1999 Alter Échos n° 55

Les CPAS bénéficient de subsides FSE 1 à l’engagement de cinq personnes minimum sous statut d’article 60 mais à la condition de dispenser une formation professionnellepratique, théorique et 200 heures de formations sociales générales. C’est dans ce dernier volet que l’asbl brabançonne «L’Autre côté du miroir» 2intervient. Créée en janvier 1994 par trois «étudiants» de la FOPA 3, celle-ci avait répondu à la demande d’un CPAS. Depuis, «L’Autrecôté du miroir» couvre toute la partie francophone du pays et l’équipe formatrice se compose de six formateurs indépendants, qui ont tous un autre travail 4. Parmieux, Marie-Grâce Schoofs, coordinatrice du projet. Ce nom, «L’Autre côté du miroir», correspond à la philosophie de l’asbl, explique-t-elle, à savoir dene pas s’arrêter à l’apparence des personnes.
Le programme s’étale sur deux ans, à raison d’une demi-journée par semaine. Il comprend des modules de communication (affirmation de soi, relation positive, écoute,communication non violente…) ainsi qu’une série de modules pratico-pratiques (budget, législation du travail et du chômage, politique du logement, sensibilisation au monde de lajustice et à son langage, …). En filigrane, la construction d’un projet personnel et un travail sur l’image «du minimexé», notamment par le biais d’activitésartistiques. A vrai dire, les possibilités de modules sont extensibles et à la carte. «C’est ce qui fait notre force», commente Marie-Grâce Schoofs. Les formateurs sedéplacent au sein des CPAS. Le Service insertion recrute les participants à la formation et donc, les candidats à l’emploi art. 60. Malgré le caractère obligatoirede la formation, le taux d’absentéisme est faible, selon la coordinatrice pour qui «leur public» est, sans le savoir, très demandeur. Certains même poursuivent leprogramme au-delà du terme de leur contrat (18 mois maximum).
Si les commanditaires de la formation sont les CPAS, la position de l’asbl à leur égard s’annonce de manière claire : elle n’est ni un intermédiaire entre les participantset les travailleurs sociaux ni une œuvre de charité, mais un médiateur. «Nous ne rentrons pas dans le jeu des assistés, nous les amenons à s’interroger sur lasolution qu’ils peuvent trouver en eux. C’est comme cela que l’individu grandit à ses propres yeux. De plus, poursuit Marie-Grâce Schoofs, parce que les formateurs ont un autre travail,ils peuvent se permettre de refuser de travailler avec un CPAS qui, au travers de l’art. 60, cherche à se débarrasser des minimexés».
En termes d’avenir, les demandes des CPAS s’intensifient et s’élargissent également aux travailleurs sociaux. Ainsi, en préparation, une formation sur le mécanisme depaupérisation. L’asbl cherche à agrandir son équipe et se montre très sélective (avis aux candidats !). Ainsi, les formateurs expérimentés enformation des adultes (ils ont vingt cinq ans de pratique derrière eux) et maîtres praticiens dans leurs matières (PNL, AT, systémique, relation positive de Salomé,…) ont une intervision au moins une fois par mois et suivent une supervision extérieure. Ils adhèrent à une philosophie de non-profit et accordent la priorité aubien-être de la personne, là où elle vit.
Peu de chiffres, sinon des échos d’un CPAS qui semblent se confirmer par d’autres : 50 % des personnes trouvent un emploi, 25 % consacrent du temps à un projet personnel et 25 % ontquitté la commune.
1 Programme TOK-EFD : «Emploi pour les défavorisés».
2 L’Autre côté du miroir, Marie-Grâce Schoofs, rue des Lowas 8 à 1390 Grez-Doiceau, tél. : 0477/44 49 77.
3 Institut de formation en sciences de l’éducation – FOPA (anciennement Faculté ouverte pour adultes), Grand-Place 43 à 1348 Louvain-la-Neuve, tél. : 010/47 26 85, fax :010/47 87 39.
4 Les formateurs interviennent dans l’asbl à titre accessoire. Forfait par heure de prestation : entre 2.500 et 3.000 francs (selon le kilométrage ; là ou les entrevues deprésentation du projet au Conseil de l’aide sociale et les évaluations semestrielles sont comprises dans ce tarif).

Alter Échos

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)