Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Santé

Infirmières sous pression

Entre l’augmentation et la diversification des besoins, et un financement qui ne suit pas, les infirmières à domicile sont mises sous pression.

26-10-2012 Alter Échos n° 348
"Depuis les années 80, le financement de la santé est considéré moins comme une source de bien-être que comme un coût pour la santé publique. Les années 2000 ne font que renforcer cette tendance", constate l'économiste Phiippe Batifoulier. (©FlickrCC)

Entre l’augmentation et la diversification des besoins, et un financement qui ne suit pas, les infirmières à domicile sont mises sous pression. Mariella Van Hagendoren, responsable nursing à la Croix jaune et Blanche[x]1[/x] fait le point avec nous.

AE : Vous travaillez dans les soins à domicile depuis 31 ans, quelles sont les causes de pénibilité dans votre travail et en quoi cela a-t-il évolué au cours des dernières années ?
MV : La première chose, spécifique à Bruxelles, c’est tout ce qui est transport. On a essayé la mobylette, certaines se mettent au vélo… Mais il reste qu’il y a de plus en plus de circulation et que c’est de plus en plus difficile de se garer. L’action ParkingPlus marche très peu, cela reste très compliqué. Le centre-ville est le quartier le plus pénible. Les infirmières qui doivent s’y rendre doivent commencer plus tôt. On essaie de trouver des solutions, mais la créativité a ses limites.

Autre évolution, on doit faire face à des pathologies de plus en plus lourdes. C’est dû au vieillissement de la population, au fait que les hôpitaux renvoient les gens chez eux plus vite, aux hospitalisations à domicile qui se développent. Mais le financement ne suit pas. Dans certains cas de démence, de patients Alzheimer ou atteints de troubles psychiatriques, il faut parfois se battre pour les convaincre de leur faire une injection. Cela peut prendre une demi-heure, or on est payé pour un acte qui est censé durer dix minutes. On doit aussi réaliser des soins plus techniques et plus complexes, par exemple pour des chimiothérapies ou des soins palliatifs. Or si on prend plus de temps chez l’un, on aura moins de temps chez l’autre. Parfois il faut rajouter un soin sur sa journée pour que la liste des actes réalisés soit « rentable ».

AE : Vous parlez de rentabilité dans votre travail, pouvez-vous nous en dire plus ?
MV : Les soins ne sont pas financés correctement. Nous devons donc faire plus de soins pour que notre travail soit rentable et c’est au détriment de la qualité. Ce n’est pas évident de trouver le bon équilibre entre les deux. C’est presque un combat, pour nos responsables, d’organiser des tournées rentables tout en prévoyant assez de temps pour répondre aux besoins des patients. Il y a des moments où cela fonctionne très bien et d’autres qui sont difficiles, pénibles. Parfois on doit tirer la sonnette d’alarme.
Dans l’avenir, je crois qu’il y aura une séparation entre les actes techniques et spécialisés, qui seront réalisés par les infirmières, et les soins quotidiens, qui seront pris en charge par les aides familiales. Mais pour l’infirmière qui travaille à domicile depuis trente ans, qui aime bien dorloter son patient, il va y avoir une perte dans son travail. Car c’est pour le côté humain qu’on fait du domicile.

AE : Comment fonctionne le mode de financement des soins infirmiers à domicile ?
MV : Le coût salarial d’une infirmière est de 35 euros de l’heure. On est payées par l’INAMI à l’acte ou au forfait, en fonction du degré de dépendance du patient. Pour chaque type d’acte, un code et un prix. Pour une personne très dépendante, il y a un forfait journalier. Dans le cas d’une personne peu dépendante mais qui a besoin d’un grand nombre de soins, il y a aussi un plafond journalier. Dans certains cas, une infirmière coûte davantage que ce que les soins ne rapportent.
Par ailleurs, tout ce qui n’est pas actes médicaux, comme les temps de trajet, le travail administratif, ne sont pas pris en compte, ils sont compris dans le soin. A tout cela s’ajoute la hausse du prix des carburants qui a explosé ces dernières années.

AE : Vous avez réalisé le 16 octobre dernier une action devant le SPF Santé publique, quelles étaient vos revendications ?
L’objectif était de sensibiliser au sous-financement des soins à domicile, notre métier doit être revalorisé. Nous voulons au moins une indexation des prestations et une vérification des montants INAMI. Nous étions plus ou moins 200 infirmières ce mardi sur la place Horta. Une délégation a été reçue par la ministre Onkelinx. Elle s’est dite très sensible à nos problèmes. Mais il n’y a eu aucune promesse de financement.

 

Wallonie : les coordinations de soins à domicile courent après les points
Depuis plus de trente ans, les centres de coordinations de soins et d’aide à domicile permettent aux personnes en perte d’autonomie de rester chez elles, en coordonnant les différents prestataires d’aide et de soins. Les centres sont aujourd’hui confrontés à un réaménagement du métier de coordination, à travers la refonte du décret régissant leur agrément[x]2[/x]. La grande nouveauté, c’est que le texte précise le rôle et les pratiques des coordinatrices. Chaque étape de travail est balisée. La plupart s’accordent à dire que ces changements vont dans le sens de plus de professionnalisation. « Avec cette nouvelle description de la fonction, la qualité va suivre, explique Michèle Pieterbourg, présidente du CA de la fédération ACCOORD[x]3[/x]. Nous espérons pouvoir revaloriser ce métier. On s’est aussi rendu compte de l’intérêt de développer davantage le réseau pour faire face aux demandes croissantes et au manque de prestataires. »

Mais les modifications induisent un nouveau mode de subsidiation. Et c’est bien là que le bât blesse.
Exit les subsides forfaitaires. Un système par points a été imaginé afin d’évaluer l’activité réelle des centres. A chaque intervention (visite à domicile, réunion d’évaluation…), son nombre de points. La subsidiation de chaque centre dépendra du décompte final des points collectés en fin d’année. La conséquence : une course aux points. Certaines fédérations auraient même créé un nouveau métier de « rabattage » dans les hôpitaux pour happer de nouveaux patients à leur sortie.

« On risque de devenir des marchands de non-marchand pour obtenir des points », nous glisse Nadine Czubik, coordinatrice. « Il y a un stress énorme, car nous ne sommes jamais sûres de quoi sera fait le lendemain. Nous ne savons que l’année suivante le montant du subside, sur base du comptage de ces fameux points. » « On travaille au point, renchérissent Anne Grégoire et Véronique Beaudouin. Mais l’enveloppe est fermée. Donc plus il y a de demandes, plus il y a de travail, et moins le point vaut d’argent. »

« Ils ont voulu baliser les activités à l’excès. Mais par moment, ce n’est pas compatible avec le travail de terrain », nous dit quant à elle Marie Mercier, qui craint une uniformisation de son travail. Car si chaque étape de travail n’est pas réalisée selon la temporalité prévue par le décret, les points sautent. Il y a même des patients qui ne rapportent pas de points. « Ces patients, certains centres de coordination n’en voulaient plus, confirme Michèle Pieterbourg. Le décret a été mal fait. Mais nous nous sommes battus en interfédération. Des changements ont été apportés en juin/juillet pour que ces dossiers soient comptabilisés. Nos coordinatrices n’ont pas encore digéré les tumultes et pressions que l’arrêté Donfut leur a fait subir. Mais aujourd’hui, nous entrons dans une nouvelle ère. » Ceci dit, pour la présidente d’ACCOORD, le stress financier subsiste. « Car l’enveloppe des subsides va baisser, alors que les demandes augmentent. C’est une de mes préoccupations majeures. Il faudrait une subsidiation qui corresponde aux besoins réels. »

1. FASD (Fédération aide et soins à domicile)
– adresse : avenue A. Lacomblé, 69-71 à 1030 Bruxelles
– tél. : 02 735 24 24
– site : http://www.fasd.be/
– courriel : secretariat@fasd.be

2. Décret de la Région wallonne du 30 avril 2009 relatif à l’agrément des centres de coordination des soins et de l’aide à domicile en vue de l’octroi de subventions.

3. ACCOORD
– chaussée de Charleroi, 83 bis à 5000 Namur
– tél. : 071/33 11 55
– site : http://www.federation-accoord.be

Marinette Mormont

Marinette Mormont

Coordinatrice web, contact freelances, journaliste (social, santé, logement).

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)