Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Santé

Grossesse et toxicomanie : un couple impossible ?

A Liège et à Bruxelles, deux services soutiennent les parents toxicomanes au moment de la naissance de leur enfant

Quand on parle de grossesse et d'addiction, il est difficile de se départir d'un sentiment de malaise, tant la mère et l'enfant semblent vulnérables. Rencontre avec deux services qui assurent un suivi psycho-médico-social de (futurs) parents toxicomanes. Le fil rouge de leur action : le soutien à la parentalité

Rue Haute, à Bruxelles, en face de l'Hôpital Saint-Pierre : l'Espace Alizés, espace d'accueil du service Parentalité-Addiction du CHU1. Quelques pièces douillettes et colorées. L'équipe y accueille, quatre jours par semaine, des (futurs) parents toxicomanes et leurs enfants. Femmes enceintes, mamans avec leur ribambelle de bambins viennent y chercher réconfort, grignoter un morceau ou boire un café. « Il y a parfois des dérives ici, comme dans tout regroupement de toxicomanes, des plans qui se chuchotent, sourient Anne Robert et Alexandra Delcroix. Mais cet espace est avant tout un vrai outil de travail. C'est un lieu contenant, où règne un climat de bienveillance. En faisant avec ces personnes l'expérience de la permanence du lien, on fait le pari que cela aura des effets sur leurs relations avec leurs enfants. »
Pour toutes ces femmes, qu'elles soient sous méthadone et stabilisées, vivent en rue et consomment activement ou qu'elles abusent de médicaments, la survenue d'une grossesse est un moment charnière. « C'est souvent un passage difficile, expliquent les deux tra...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Quand on parle de grossesse et d'addiction, il est difficile de se départir d'un sentiment de malaise, tant la mère et l'enfant semblent vulnérables. Rencontre avec deux services qui assurent un suivi psycho-médico-social de (futurs) parents toxicomanes. Le fil rouge de leur action : le soutien à la parentalité

Rue Haute, à Bruxelles, en face de l'Hôpital Saint-Pierre : l'Espace Alizés, espace d'accueil du service Parentalité-Addiction du CHU1. Quelques pièces douillettes et colorées. L'équipe y accueille, quatre jours par semaine, des (futurs) parents toxicomanes et leurs enfants. Femmes enceintes, mamans avec leur ribambelle de bambins viennent y chercher réconfort, grignoter un morceau ou boire un café. « Il y a parfois des dérives ici, comme dans tout regroupement de toxicomanes, des plans qui se chuchotent, sourient Anne Robert et Alexandra Delcroix. Mais cet espace est avant tout un vrai outil de travail. C'est un lieu contenant, où règne un climat de bienveillance. En faisant avec ces personnes l'expérience de la permanence du lien, on fait le pari que cela aura des effets sur leurs relations avec leurs enfants. »
Pour toutes ces femmes, qu'elles soient sous méthadone et stabilisées, vivent en rue et consomment activement ou qu'elles abusent de médicaments, la survenue d'une grossesse est un moment charnière. « C'est souvent un passage difficile, expliquent les deux tra...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Aller plus loin

Quand on parle de grossesse et d'addiction, il est difficile de se départir d'un sentiment de malaise, tant la mère et l'enfant semblent vulnérables. Rencontre avec deux services qui assurent un suivi psycho-médico-social de (futurs) parents toxicomanes. Le fil rouge de leur action : le soutien à la parentalité

Rue Haute, à Bruxelles, en face de l'Hôpital Saint-Pierre : l'Espace Alizés, espace d'accueil du service Parentalité-Addiction du CHU1. Quelques pièces douillettes et colorées. L'équipe y accueille, quatre jours par semaine, des (futurs) parents toxicomanes et leurs enfants. Femmes enceintes, mamans avec leur ribambelle de bambins viennent y chercher réconfort, grignoter un morceau ou boire un café. « Il y a parfois des dérives ici, comme dans tout regroupement de toxicomanes, des plans qui se chuchotent, sourient Anne Robert et Alexandra Delcroix. Mais cet espace est avant tout un vrai outil de travail. C'est un lieu contenant, où règne un climat de bienveillance. En faisant avec ces personnes l'expérience de la permanence du lien, on fait le pari que cela aura des effets sur leurs relations avec leurs enfants. »
Pour toutes ces femmes, qu'elles soient sous méthadone et stabilisées, vivent en rue et consomment activement ou qu'elles abusent de médicaments, la survenue d'une grossesse est un moment charnière. « C'est souvent un passage difficile, expliquent les deux tra...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Marinette Mormont

Marinette Mormont

Coordinatrice web, contact freelances, journaliste (social, santé, logement).

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)