Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Grève de la faim des Afghans : une victoire qui remet en cause les pratiques de l’Office des étrangers

Jeudi 14 août, 16 heures 30. Les portes de l’église Sainte-Croix, à Ixelles, s’ouvrent. Les quelque 200 réfugiés Afghans avancent d’un pas mal assuré versla sortie. Certains d’entre eux sont enfermés dans l’édifice depuis le 24 juillet dernier. Ils ont observé une grève de la faim, de manière plus ou moins rigoureusedans l’attente d’un statut, d’une promesse de régularisation après l’ordre qui leur avait été intimé par l’Office des étrangers de quitter le territoirebelge. Après 22 jours d’attente, donc, et de multiples tentatives de négociation ou médiation, leur calvaire prend fin. Avec un résultat en demi-teinte (car tous ne serontpas régularisés) mais qui leur permet de sortir la tête haute. Et au ministre de l’Intérieur de ne pas perdre la face.

28-07-2005 Alter Échos n° 148

Jeudi 14 août, 16 heures 30. Les portes de l'église Sainte-Croix, à Ixelles, s'ouvrent. Les quelque 200 réfugiés Afghans avancent d'un pas mal assuré versla sortie. Certains d'entre eux sont enfermés dans l'édifice depuis le 24 juillet dernier. Ils ont observé une grève de la faim, de manière plus ou moins rigoureusedans l'attente d'un statut, d'une promesse de régularisation après l'ordre qui leur avait été intimé par l'Office des étrangers de quitter le territoirebelge. Après 22 jours d'attente, donc, et de multiples tentatives de négociation ou médiation, leur calvaire prend fin. Avec un résultat en demi-teinte (car tous ne serontpas régularisés) mais qui leur permet de sortir la tête haute. Et au ministre de l'Intérieur de ne pas perdre la face.Il aura finalement fallu toute la perspicacité, la patience, la diplomatie du médiateur fédéral, Pierre-Yves Monette, pour parvenir à concilier les points de vuedes réfugiés afghans et du ministre de l'Intérieur, Patrick Dewael, qui n'entendait pas accepter l'idée même d'une mesure générale derégularisation collective. Avant Pierre-Yves Monette, d'autres tentatives mené...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

catherinem

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)