Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Aires d'accueil
Copyright : Archives municipales de Toulouse

Gens du voyage: la colère du peuple oublié

Alter Échos n° 470 29 janvier 2019 Cédric Vallet

En hiver, les carences de l’accueil des gens du voyage sont encore plus criantes qu’en été. Certes, Bruxelles ne propose rien, en toutes saisons. Quant à la Wallonie, elle ferme ses rares aires d’accueil en attendant le printemps. Les gens du voyage se fâchent.

Le 3 janvier, l’appel est passé relativement inaperçu. Il était pourtant détonant. Le Comité national des gens du voyage menaçait de bloquer de grandes villes belges francophones. Namur, ou Bruxelles. Caravanes sur le ring et blocages en vue. «Vous allez entendre parler de nous ces prochains mois», déclarait alors Etienne Charpentier...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Échos. Consultez nos offres d’abonnement &  profitez de notre offre de rentrée à tarif avantageux. La revue Alter Échos est également disponible à la vente en librairie. Produire une information de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Lisez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous…

Pssssttt, cher.chère visiteur.euse du site d’Alter Échos !!!

Sache que ta présence sur notre site nous réjouit. Sache aussi que nous sommes heureux que vous soyez si nombreux.ses à nous suivre sur le web. Nous avons choisi de mettre en accès libre une grande partie de nos articles … pour le partage & pour répondre à notre mission d’éducation permanente. Mais produire une information de fond & de qualité implique un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous à nos revues !

A propos de l'auteur

Cédric Vallet

Cédric nous vient tout droit du Sud… de la France, de Montpellier précisément. D’ailleurs, s’il ne devait pas travailler, il passerait son temps à jouer à la pétanque. Avec son collègue Julien Winkel, il forme le « pôle excellence » de la rédaction d’Alter Échos. Ce qui explique que son héros, c’est ledit Julien Winkel, dans ses grands jours. Doté d’un sens de l’humour bien aiguisé dont il fait souvent montre dans ses papiers, Cédric nous définit le social comme un bolo au Verschueren ; « ça n’existe plus mais c’était « social ». Il pratique le journalisme pour contredire tout le monde, tout le temps, à commencer par lui-même. cedric [dot] vallet [at] alter [dot] be

A la Une