Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Migrations

Gembloux l’hospitalière

Les migrants en transit vers le Royaume-Uni tentent leur chance depuis des aires d’autoroute de Wallonie. Des collectifs citoyens s’organisent autour pour leur venir en aide ; le plus souvent avec le soutien des autorités locales. Reportage à Gembloux.

The Western Sky, 8:15 PM, July 10th and July 24th. Discovering our world. Teachers edition. 1948.

Les migrants en transit vers le Royaume-Uni tentent leur chance depuis des aires d’autoroute de Wallonie. Des collectifs citoyens s’organisent autour pour leur venir en aide; le plus souvent avec le soutien des autorités locales. Reportage à Gembloux.
Hiver 2018, Gembloux. Chaque jour, une poignée de personnes attendent dans le hall de la gare. Ils se réchauffent, chargent leur téléphone portable, et attendent encore. Ils viennent de la Corne de l’Afrique et parlent une langue qui n’évoque pas grand-chose dans les contrées wallonnes.
Face à ce nouveau phénomène, deux réactions. D’abord, «quelques signes d’inquiétude se sont exprimés», raconte Benoît Dispa, le bourgmestre CDH de Gembloux. «Un groupe Facebook appelait au ‘nettoyage’ de la gare», se souvient, quant à elle, Laurence Nazé, membre du collectif «Gembloux hospitalière» et par ailleurs conseillère communale Écolo.
Ensuite, quelques individus soucieux des autres se sont rendus à la gare avec du café et du pain. Il s’agissait des prémices du collectif. «Les migrants qui attendent à Gembloux sont en transit et veulent aller en Angleterre, décrit Laurence Nazé. À la gare, ils cherchaient de la chaleur et du wi-fi.»
Entre les contrôles policiers au parc Maximilien, les parkings d’autoroute fermés en Flandre et les consignes des passeurs, des migrants se mettent, dès 2018, à fréquenter, en divers endroits de Wallonie, le...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Cédric Vallet

Cédric Vallet

Journaliste (jeunesse, aide à la jeunesse et migrations)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)