Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Justice

G4S pour réinsérer des détenus

À Malines, une maison de transition accueillera prochainement une quinzaine de détenus pour les réinsérer en vue de leur libération. Pour les encadrer, ils seront suivis 7j/7 par la société privée G4S. Un choix qui suscite le malaise auprès des associations et des criminologues.

© Pierre Jassogne

À Malines, une maison de transition accueillera prochainement une quinzaine de détenus pour les réinsérer en vue de leur libération. Pour les encadrer, ils seront suivis 7 j/7 par la société privée G4S. Un choix qui suscite le malaise auprès des associations et des criminologues.

«Avec cette maison, il s’agit de faire entrer la prison dans le XXIe siècle», lança le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V), à la foule de journalistes venus visiter la première maison de transition située dans le centre de Malines. Dès l’entrée, à côté d’un portrait improbable de la Callas, un panneau d’avertissement attire le regard pour indiquer que le lieu est surveillé par une dizaine de caméras.
«Avec cette maison, il s’agit de faire entrer la prison dans le XXIe siècle.» Koen Geens (CD&V)
Tout est fait pourtant pour recréer les conditions d’une vie plus ou moins normale à l’image de cette immuable corbeille de fruits posée fièrement dans la cuisine. Même topo dans les chambres, toutes individuelles, ou le salon avec sa bibliothèque, son coin télé. Le cadre change évidemment de la vie en cellule. Une salle est aussi consacrée aux sports, une autre à l’accueil des enfants. En tout, quinze détenus sélectionnés spécifiquement – par exemple, des condamnés éligibles à une libération conditionnelle – bénéficieront d’un accompagnement spécial pour purger la fin de leur peine dans cette...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

À Malines, une maison de transition accueillera prochainement une quinzaine de détenus pour les réinsérer en vue de leur libération. Pour les encadrer, ils seront suivis 7 j/7 par la société privée G4S. Un choix qui suscite le malaise auprès des associations et des criminologues.

«Avec cette maison, il s’agit de faire entrer la prison dans le XXIe siècle», lança le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V), à la foule de journalistes venus visiter la première maison de transition située dans le centre de Malines. Dès l’entrée, à côté d’un portrait improbable de la Callas, un panneau d’avertissement attire le regard pour indiquer que le lieu est surveillé par une dizaine de caméras.
«Avec cette maison, il s’agit de faire entrer la prison dans le XXIe siècle.» Koen Geens (CD&V)
Tout est fait pourtant pour recréer les conditions d’une vie plus ou moins normale à l’image de cette immuable corbeille de fruits posée fièrement dans la cuisine. Même topo dans les chambres, toutes individuelles, ou le salon avec sa bibliothèque, son coin télé. Le cadre change évidemment de la vie en cellule. Une salle est aussi consacrée aux sports, une autre à l’accueil des enfants. En tout, quinze détenus sélectionnés spécifiquement – par exemple, des condamnés éligibles à une libération conditionnelle – bénéficieront d’un accompagnement spécial pour purger la fin de leur peine dans cette...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Pierre Jassogne

Pierre Jassogne

Journaliste (social, justice)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)