Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Justice

Family Justice Center : stop à la violence intrafamiliale

À Anvers, un Family Justice Center a vu le jour en juin 2016. Concept venu des États-Unis, c’est un lieu qui rassemble la plupart des services d’aide aux victimes de violence intrafamiliale. Et le système fait des adeptes dans le reste de la Belgique.

À Anvers, le Family Justice Center rassemble différents services impliqués dans les questions de violences intrafamiliales. Crédit: Family Justice Center

À Anvers, un Family Justice Center a vu le jour en juin 2016. Concept venu des États-Unis, c’est un lieu qui rassemble la plupart des services d’aide aux victimes de violence intrafamiliale. Et le système fait des adeptes dans le reste de la Belgique.

«Vous ne pouvez pas imaginer ce qu’on voit ici», lance Davy Simons, responsable du service violence intrafamiliale au Family Justice Center d’Anvers.

Quand quelqu’un est victime de violence intrafamiliale, il/elle peut se rendre auprès de plusieurs endroits pour témoigner, dont la police, un CPAS, un Centre pour le bien-être général (Centrum Algemeen Welzijnswerk - CAW). Auparavant, quand une victime se rendait par exemple à l’accueil d’un CAW, elle était reçue pour cinq entretiens et on la renvoyait vers une thérapie de famille, ce qui impliquait trois mois d’attente. Pendant ces trois mois, personne ne s’occupait d’elle et la violence à la maison ne s’arrêtait pas.
L’arbre qui cache la forêt
De multiples organisations sont impliquées dans la gestion de violence intrafamiliale, comme le confirme Davy Simons: «En 2010, on a fait une analyse de 45 cas et 48 services étaient actifs dans le suivi des dossiers. Les différents services travaillaient tous de leur côté, sans coordination.»

C’est pour lutter contre ce manque de suivi que le projet pilote CO3 a vu le jour en 2010. L’idée est de rassembler des partenaires de troi...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

À Anvers, un Family Justice Center a vu le jour en juin 2016. Concept venu des États-Unis, c’est un lieu qui rassemble la plupart des services d’aide aux victimes de violence intrafamiliale. Et le système fait des adeptes dans le reste de la Belgique.

«Vous ne pouvez pas imaginer ce qu’on voit ici», lance Davy Simons, responsable du service violence intrafamiliale au Family Justice Center d’Anvers.

Quand quelqu’un est victime de violence intrafamiliale, il/elle peut se rendre auprès de plusieurs endroits pour témoigner, dont la police, un CPAS, un Centre pour le bien-être général (Centrum Algemeen Welzijnswerk - CAW). Auparavant, quand une victime se rendait par exemple à l’accueil d’un CAW, elle était reçue pour cinq entretiens et on la renvoyait vers une thérapie de famille, ce qui impliquait trois mois d’attente. Pendant ces trois mois, personne ne s’occupait d’elle et la violence à la maison ne s’arrêtait pas.
L’arbre qui cache la forêt
De multiples organisations sont impliquées dans la gestion de violence intrafamiliale, comme le confirme Davy Simons: «En 2010, on a fait une analyse de 45 cas et 48 services étaient actifs dans le suivi des dossiers. Les différents services travaillaient tous de leur côté, sans coordination.»

C’est pour lutter contre ce manque de suivi que le projet pilote CO3 a vu le jour en 2010. L’idée est de rassembler des partenaires de troi...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Aubry Touriel

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)