Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Des familles accueillent pour un séjour limité des enfants en situation de danger dans leur propre famille. Une solution temporaire – gérée par l’AFU pour «accueil familial d’urgence» – avant de trouver une solution à plus long terme pour l’enfant.

Isabelle ouvre la porte de sa maison avec un grand sourire. «Bienvenue Tom (nom d’emprunt)», lance-t-elle en conduisant le petit garçon, son sac Spiderman bien vissé sur le dos, dans la salle à manger. Elle l’installe à la table et lui sert des fraises qu’il mange avec appétit tout en réclamant la balançoire qu’il a directement repérée. «On ira juste après», lui explique-t-elle de sa voix douce. Elle doit d’abord discuter avec Manon Boucq et Loredana Carru, les deux intervenantes familiales de l’AFU qui ont conduit Tom en famille d’accueil. Ce service – basé à Nivelles et La Louvière – a pour mission de trouver des familles pour une aide temporaire. L’accueil est mandaté obligatoirement par le service d’aide à la jeunesse, le service de protection judiciaire ou le tribunal de la jeunesse. L’objectif est de mettre à l’abri des enfants et nourrissons confrontés à une situation de danger et de crise dans leur propre famille – ou suite à une hospitalisation sociale –, le temps de permettre à l’autorité mandante (conseiller de l’aide à la jeunesse, directeur de l’aide à la jeunesse ou juge de la jeunesse) de faire la lumière sur la sit...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

Des familles accueillent pour un séjour limité des enfants en situation de danger dans leur propre famille. Une solution temporaire – gérée par l’AFU pour «accueil familial d’urgence» – avant de trouver une solution à plus long terme pour l’enfant.

Isabelle ouvre la porte de sa maison avec un grand sourire. «Bienvenue Tom (nom d’emprunt)», lance-t-elle en conduisant le petit garçon, son sac Spiderman bien vissé sur le dos, dans la salle à manger. Elle l’installe à la table et lui sert des fraises qu’il mange avec appétit tout en réclamant la balançoire qu’il a directement repérée. «On ira juste après», lui explique-t-elle de sa voix douce. Elle doit d’abord discuter avec Manon Boucq et Loredana Carru, les deux intervenantes familiales de l’AFU qui ont conduit Tom en famille d’accueil. Ce service – basé à Nivelles et La Louvière – a pour mission de trouver des familles pour une aide temporaire. L’accueil est mandaté obligatoirement par le service d’aide à la jeunesse, le service de protection judiciaire ou le tribunal de la jeunesse. L’objectif est de mettre à l’abri des enfants et nourrissons confrontés à une situation de danger et de crise dans leur propre famille – ou suite à une hospitalisation sociale –, le temps de permettre à l’autorité mandante (conseiller de l’aide à la jeunesse, directeur de l’aide à la jeunesse ou juge de la jeunesse) de faire la lumière sur la sit...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Manon Legrand

Manon Legrand

Coordinatrice Alter Échos, journaliste (social, logement, environnement)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)