Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Social

Faire fructifier l'économie sociale grâce à la « Grappe beaurinoise » ?

La constitution en grappe peut constituer une opportunité pour l’économie sociale et les petits artisans. Illustration avec la « Grappe beaurinoise »

La constitution en grappe est-elle l'avenir des entreprises, à défaut d'être celle de l'homme ? Pour l'économie sociale, elle peut en tout cas constituer une opportunité, tout comme pour de petits artisans. Illustration avec la « Grappe beaurinoise »

C'est sur le site d'une ancienne tannerie, depuis lors transformée en « Pôle beaurinois de formation et de développement »1 (voir encadré), qu'une partie des membres de la « Grappe beaurinoise » possède un atelier partagé, financé par des fonds provenant du Plan Marshall 2.vert. Les locaux, spacieux, abritent de nombreux outils, dont certains sont mutualisés. Ils permettent aux membres de la grappe de bénéficier, pour chacun d'entre eux, d'un espace « privé » tout en œuvrant au même endroit à la réalisation de structures en bois ou encore de travaux de couverture, d'étanchéité et d'isolation destinés aux maisons écoconstruites que la « Grappe beaurinoise » produit. Une grappe composée de l'entreprise de formation par le travail (EFT) La Calestienne (voir encadré), de l'entreprise d'insertion (EI) Couleur terre, ainsi que de plusieurs artisans indépendants actifs dans la couverture, l'étanchéité et l'isolation, la terre-paille ou encore l'ébénisterie. Un exemple de collaboration entre l'économie sociale et l'économie dite classique. « Nous nous apportons chacun quelque chose, explique Michel Thomas, directeur de La Calestienne et c...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Aller plus loin

La constitution en grappe est-elle l'avenir des entreprises, à défaut d'être celle de l'homme ? Pour l'économie sociale, elle peut en tout cas constituer une opportunité, tout comme pour de petits artisans. Illustration avec la « Grappe beaurinoise »

C'est sur le site d'une ancienne tannerie, depuis lors transformée en « Pôle beaurinois de formation et de développement »1 (voir encadré), qu'une partie des membres de la « Grappe beaurinoise » possède un atelier partagé, financé par des fonds provenant du Plan Marshall 2.vert. Les locaux, spacieux, abritent de nombreux outils, dont certains sont mutualisés. Ils permettent aux membres de la grappe de bénéficier, pour chacun d'entre eux, d'un espace « privé » tout en œuvrant au même endroit à la réalisation de structures en bois ou encore de travaux de couverture, d'étanchéité et d'isolation destinés aux maisons écoconstruites que la « Grappe beaurinoise » produit. Une grappe composée de l'entreprise de formation par le travail (EFT) La Calestienne (voir encadré), de l'entreprise d'insertion (EI) Couleur terre, ainsi que de plusieurs artisans indépendants actifs dans la couverture, l'étanchéité et l'isolation, la terre-paille ou encore l'ébénisterie. Un exemple de collaboration entre l'économie sociale et l'économie dite classique. « Nous nous apportons chacun quelque chose, explique Michel Thomas, directeur de La Calestienne et c...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Julien Winkel

Julien Winkel

Journaliste (emploi et formation)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)