Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
EDITO
Miguel_Discart, CC BY-SA 2.0

Tous les chemins mènent à Theo

Alter Échos n° 465 3 juillet 2018 Cédric Vallet

Encore un édito sur Theo Francken, allez-vous dire! Eh bien non, un édito sur Donald Trump. Ça change. Oui, les éditorialistes aiment détester ces figures de la droite populiste à un point qui confine presque à la fascination. Les médias grand public et médias de niche développent une Theo-dépendance, dont ce dernier se délecte à coup sûr.

Certes. Mais il faut bien dire que ces deux-là – Trump et Theo – ainsi que toute la clique des ministres hongrois, autrichiens, polonais, italiens, et même français, enchaînent les outrances à un rythme élevé, sans se soucier beaucoup de l’État de droit. Difficile de ne pas en parler.

Outre-Atlantique, c’est la politique dite de «tolérance zéro» qui choque. L’administration Trump n’y va pas de main morte. Depuis le mois d’avril, près de 2.000 familles migrantes venues d’Amérique centrale ont été séparées. Le but de Donald Trump est ainsi de faire pression sur le congrès pour qu’il vote son projet de grand mur le long de la frontière mexicaine. Les familles migrantes sont prises en otage par les autorités.

Mais les images d’enfants, souvent en bas âge, arrachés des mains de leurs parents et placés derrière des grillages ont bouleversé dans tous les coins d’Amérique, et bien au-delà. Des figures du camp républicain ont exprimé leur mécontentement. Quant à Donald Trump il s’est embourbé comme un grand dans des circonlocutions dont lui seul a le secret. «Ce qui se passe est tellement triste…», a-t-il dit.

Encore un coup de Francken! Ah non. Raté. C’est bien le gouvernement Di Rupo qui gérait alors les affaires courantes.

Bon, à la limite, les États-Unis n’ont pas ratifié la Convention internationale des droits de l’enfant. La Belgique, elle, l’a fait. Et pourtant, la brillante idée de séparer les enfants étrangers, en situation irrégulière, d’un des deux parents avait été inscrite dans un arrêté royal, en Belgique, le 17 septembre 2014.

Encore un coup de Francken! Ah non. Raté. C’est bien le gouvernement Di Rupo qui gérait alors les affaires courantes.

Heureusement, le Conseil d’État avait renvoyé les apprentis sorciers de la gestion migratoire à leurs études. Les magistrats s’étaient même permis de teinter leur avis d’un peu d’ironie : le Conseil d’État «n’aperçoit pas en quoi (la mesure) serait pertinente pour garantir l’éloignement effectif de la famille, sauf à imaginer, ce qui est à l’évidence inconcevable, que l’Office des étrangers entendrait de la sorte retenir un membre de la famille en ‘otage’».

Pas de prise d’otage au programme. Mais le retour de la détention des familles étrangères avec enfants, en centres fermés, avant leur expulsion du territoire, est programmé pour le mois de juillet.

À l’instar de Donald Trump, Theo Francken affirme ne pas recourir à ce type de procédés de gaîté de cœur. Et puis, rappelle-t-il, cette décision d’enfermer les enfants est la conséquence de décisions prises par des gouvernements précédents. Pas faux.

Mais qu’importe. Theo Francken assume pleinement la mise en place de ces unités fermées. La Cour européenne des droits de l’homme brandira peut-être son article 3 pour cause de traitements inhumains et dégradants, comme elle le fait régulièrement dans des cas similaires.

L’article 3, le socle européen des droits de l’homme. Le legs de la Seconde Guerre mondiale. Cet article 3 que Theo Francken, en roue libre, propose officiellement de contourner pour refouler des migrants en Libye. Comme quoi, tous les chemins éditoriaux mènent à Theo…

Pssssttt, cher.chère visiteur.euse du site d’Alter Échos !!!

Sache que ta présence sur notre site nous réjouit. Sache aussi que nous sommes heureux que vous soyez si nombreux.ses à nous suivre sur le web. Nous avons choisi de mettre en accès libre une grande partie de nos articles … pour le partage & pour répondre à notre mission d’éducation permanente. Mais produire une information de fond & de qualité implique un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous à nos revues !

Soutenez-nous ! Abonnez-vous à nos revues en participant à notre campagne de soutien sur KissKissBankBank

A propos de l'auteur

Cédric Vallet

Cédric nous vient tout droit du Sud… de la France, de Montpellier précisément. D’ailleurs, s’il ne devait pas travailler, il passerait son temps à jouer à la pétanque. Avec son collègue Julien Winkel, il forme le « pôle excellence » de la rédaction d’Alter Échos. Ce qui explique que son héros, c’est ledit Julien Winkel, dans ses grands jours. Doté d’un sens de l’humour bien aiguisé dont il fait souvent montre dans ses papiers, Cédric nous définit le social comme un bolo au Verschueren ; « ça n’existe plus mais c’était « social ». Il pratique le journalisme pour contredire tout le monde, tout le temps, à commencer par lui-même. cedric [dot] vallet [at] alter [dot] be

A la Une