Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Edito

Peter et notre société dans la brume

Google a mis sur pied un système qui permet de proposer des mots pour ‘tagger’ vos photos. Ce logiciel muni de la batterie classique d’algorithmes a eu l’indélicatesse de proposer « gorille » pour la photo de personnes noires. La twittosphère qui n’en demandait pas tant s’est donc déchainée. Excuses et courbettes rentrantes de la firme américaine, bien sûr. Et conclusion amusée : ces sacrés algorithmes nous ont joué un mauvais tour, mais ils n’avaient pas de mauvaises intentions. Manquerait plus que les algorithmes aient des intentions maintenant…

23-07-2015
Flickr CC / Luke Andrew Scowen

Google a mis sur pied un système qui permet de proposer des mots pour ‘taguer’ vos photos. Ce logiciel muni de la batterie classique d’algorithmes a eu l’indélicatesse de proposer « gorille » pour la photo de personnes noires. La twittosphère qui n’en demandait pas tant s’est donc déchaînée. Excuses et courbettes rentrantes de la firme américaine, bien sûr. Et conclusion amusée : ces sacrés algorithmes nous ont joué un mauvais tour, mais ils n’avaient pas de mauvaises intentions. Manquerait plus que les algorithmes aient des intentions maintenant…

Cet incident, bénin, amène à réfléchir sur le progrès que nous souhaitons vivre. Chaque « nouveauté » technologique est appelée « avancée », mais sommes-nous certains de vouloir prendre la direction du toujours plus de numérique, de pixels et autres intelligences artificielles ? Est-il vraiment si anecdotique de se faire traiter de gorille par une machine ?

L’inéluctable et totalitaire progrès nous impose une marche forcée vers un mieux-être promis, pas garanti.

Peut-on réinterroger cette avancée sans sombrer dans une nostalgie des temps révolus, sans se faire incendier d’arriéré des cavernes ?

Pour en venir au dossier d’Alter Échos, de nombreux « progrès » mécaniques ont allégé la charge du fermier. Mais ils ont également plombé le sol par une sursollicitation des terres, une eutrophisation des champs.

Il existe un principe qui fait bien marrer tous les subalternes, c’est le principe de Peter qui dit que « dans une hiérarchie, tout employé a tendance à s’élever à son niveau d’incompétence ». La logique est la suivante : un employé qui est compétent est promu, jusqu’à ce qu’il ne soit plus à la hauteur de la tâche.

Ce principe pourrait-il être appliqué aux sociétés ? On progresse jusqu’à ce qu’on bloque. Un blocage à quel prix ?

En savoir plus

Le sommaire de ce numéro

Olivier Bailly

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)