Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Vu de Flandre

Du burn-out à la vie active

Un nouvel arrêté royal des ministres De Block (Open VLd) et Peeters (CD&V) visant à stimuler la réintégration des travailleurs malades de longue durée est entré en vigueur en décembre 2016. En Flandre, des entreprises sociales ont déjà mis en place depuis trois ans ce type de plans de réintégration professionnelle, notamment pour les personnes victimes de burn-out.

Un nouvel arrêté royal des ministres De Block (Open VLd) et Peeters (CD&V) visant à stimuler la réintégration des travailleurs malades de longue durée est entré en vigueur en décembre 2016. En Flandre, des entreprises sociales ont déjà mis en place depuis trois ans ce type de plans de réintégration professionnelle, notamment pour les personnes victimes de burn-out.

«On pense toujours qu’un burn-out n’arrive qu’aux autres, ce n’est que quand ça vous arrive que vous y prêtez attention. Vous allez travailler, vous revenez à la maison, vous vous occupez de la famille. Vous devez être une bonne mère, une bonne femme et une bonne employée. À force, vous devenez victime d’un burn-out», témoigne Sandra Beerlandt, une ancienne employée de supermarché1.

Et Sandra n’est pas la seule à devoir arrêter son travail à la suite d’un burn-out ou d’une maladie. Selon une étude du prestataire de services Securex, le taux d’absentéisme de longue durée, c’est-à-dire de plus d’un an, a augmenté de 11% au premier semestre de 2016 par rapport à la même période en 2015. D’après les statistiques de l’INAMI, 8.208 Belges sont restés plus d’un an à la maison à cause d’un burn-out, une hausse de 66,3% par rapport 2010.
Plus de 12% des travailleurs entre 50 et 59 ans étaient malades pendant plus d’un an.
Selon Securex, les personnes âgées de plus de 50 ans sont plus souvent atteintes de maladies ...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Aubry Touriel

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)