Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Des jeunes de Schaerbeek contre l’homophobie

Un film réalisé par des jeunes d’une MJ de Schaerbeek permet de parler d’homosexualité

03-02-2012 Alter Échos n° 331

Des jeunes de la MJ Vision1 ont produit un court-métrage sur l’homosexualité. Un film qui déjoue les clichés et prouve que le débat est possible, même en quartier populaire.

Parler de l’homosexualité en quartier populaire, c’est possible ! C’est ce que prouve la maison de jeunes (MJ) Vision, basée à Schaerbeek. Un groupe de jeunes a planché sur la création d’un court-métrage intitulé « Cette prison qu’est mon corps ». Plusieurs projections ont déjà eu lieu, notamment dans le cadre de la semaine contre le racisme.

Le film évoque le destin de deux jeunes bruxellois, Malik et Ismaël. « L’un vit des discriminations d’ordre culturel dues à ses origines et l’autre vit sa sexualité dans la peur du regard de l’autre et du jugement quant à son orientation sexuelle », peut-on lire dans le dossier de presse. D’après le coordinateur de la MJ, Hassan Bensalah, les réactions suite au visionnage ont été, jusqu’à présent, enthousiastes.

Pourtant, l’affaire ne fut pas des plus faciles à monter, tant cette question s’est heurtée à des tabous coriaces. Hassan Bensalah se remémore ce chemin semé d’embûches : « Plus que la production finale, ce qui compte dans ce type de projets, c’est le processus de construction. Au fil des jours, il y a eu des “clashs”, des départs du projet et même de la MJ. Des acteurs manquaient de confiance et avaient peur d’être assimilés au rôle. Parler de l’homosexualité suscitait des incompréhensions. Mais nos missions sont claires, nous sommes là pour travailler la citoyenneté, pour susciter l’esprit critique. Nous avons donc ouvert cette porte. Cela a créé de vrais débats avec des jeunes du quartier et même d’autres quartiers. Il y a eu des polémiques, des interventions parfois brutales qui se concluaient par de longues discussions. Le fait est qu’on en parle. »

Cette réticence à parler d’homosexualité, Hassan Bensalah l’explique en partie par le contexte du quartier, « très machiste, porté sur la virilité ». Il constate des « pressions familiales, des pressions culturelles, voire religieuses », dans ce quartier où « 100 % du public qui fréquente la MJ est issu de la communauté maghrébine ».

« Ce public n’est pas homophobe »

La MJ Vision n’en est pas à son coup d’essai. En 2007 déjà, une troupe de jeunes avait monté une pièce sur ce thème et avait remporté le prix du festival Mimouna. Dans les deux cas, le coordinateur estime qu’à l’origine, l’idée des jeunes « n’est pas de lancer un grand débat de société. C’est plus un délire, une façon de se faire remarquer par de la provocation, qui correspond à une envie d’exister ». Il n’empêche, ces jeunes ont pris des risques en s’aventurant sur ce terrain miné.

Le film aborde tout d’abord les discriminations dues à l’origine, à la couleur de peau. Puis des liens sont faits avec la discrimination liée à l’orientation sexuelle. « A la fin, on est dans l’empathie, on comprend le jeune dans sa douleur », commente Hassan Bensalah. Selon lui, si le film est bien reçu, tout comme la pièce de théâtre le fut auparavant, c’est parce que « le sentiment homosexuel est abordé. On ne parle pas d’acte sexuel. »

Malgré tout, la première projection, lors du festival « Sois jeune et tais-toi », ne s’est pas faite sans heurts. « L’idée était bien de laisser la possibilité au public de s’exprimer, raconte le coordinateur. Et ce, même si des propos homophobes pouvaient s’exprimer. Concrètement, il y a eu 10 à 15 minutes d’expressions violentes. Mais ces 10 à 15 minutes correspondent plus à une volonté de s’affirmer en public comme hétérosexuel. Ensuite, on constate une réelle volonté d’ouverture. Et au fond, ce public n’est pas homophobe, il est même tolérant. » Voilà qui tord le cou à bien des idées reçues.

Les clichés ont la vie dure. Hassan regrette que, parfois, des éducateurs véhiculent des idées préconçues sur les homosexuels. Ce qui l’amène à dresser le constat suivant : « Il faudrait d’abord sensibiliser le milieu éducatif à ces questions, avant même se sensibiliser les jeunes. »

Reste donc à faire vivre ce film. Des projections sont prévues dans d’autres MJ, en compagnie d’un animateur du Mrax. Des moments pour parler, échanger des idées, accepter que des clichés s’expriment, afin de changer les mentalités. Car l’homophobie, en quartiers populaires ou ailleurs, n’est pas une fatalité.

1. MJ Vision :
– adresse : chaussée de Helmet, 388 à 1030 Bruxelles
– tél. : 02 241 41 79
– site : http://www.asbl-vision.be

Cédric Vallet

Cédric Vallet

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)