Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

« Déconcertation » : lumière crue sur la participation locale

Un film qui relève avec brio le défi de montrer comment se passe vraiment la participation citoyenne

29-03-2013 Alter Échos n° 357

Le réaménagement de la Rive gauche à Charleroi, le centre commercial Just under the Sky le long du canal à Laeken ou la gare Calatrava à Liège sont autant de projets d'investissement public et privé qui charrient leur lot de conflits et d'arbitrages. Les espèces de concertations mises en place dans ces champs de force par les élus et les promoteurs sont des exercices participatifs périlleux. S'y heurtent les logiques et les intérêts des détenteurs du pouvoir et le monde vécu des habitants, riverains et usagers. Une réalité bien connue, mais pourtant pas facile à montrer
C'est justement ce que met en scène le documentaire français « Déconcertation », de Béatrice Dubell et Romain Goujon. Sorti fin novembre, il est littéralement une reconstitution des séances de concertation appelées par un vaste projet lyonnais de centre « commercial et de loisirs » sur le site désaffecté d'une usine de soie artificielle. Alors que le centre a aujourd'hui ouvert ses portes, l'Atelier de cinéma populaire « Grand ensemble » a réuni une partie des participants à ces réunions et quelques acteurs pour monter un documentaire qui reconstitue trois séances d'une quinzaine de minutes : la présentation à la population d'un schéma d'aménagement ; la présentation du préprojet sélectionné par l'autorité locale ; et enfin la présentation par le promoteur de son projet finalisé.Tout est fin dans ce travail de f...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

Le réaménagement de la Rive gauche à Charleroi, le centre commercial Just under the Sky le long du canal à Laeken ou la gare Calatrava à Liège sont autant de projets d'investissement public et privé qui charrient leur lot de conflits et d'arbitrages. Les espèces de concertations mises en place dans ces champs de force par les élus et les promoteurs sont des exercices participatifs périlleux. S'y heurtent les logiques et les intérêts des détenteurs du pouvoir et le monde vécu des habitants, riverains et usagers. Une réalité bien connue, mais pourtant pas facile à montrer
C'est justement ce que met en scène le documentaire français « Déconcertation », de Béatrice Dubell et Romain Goujon. Sorti fin novembre, il est littéralement une reconstitution des séances de concertation appelées par un vaste projet lyonnais de centre « commercial et de loisirs » sur le site désaffecté d'une usine de soie artificielle. Alors que le centre a aujourd'hui ouvert ses portes, l'Atelier de cinéma populaire « Grand ensemble » a réuni une partie des participants à ces réunions et quelques acteurs pour monter un documentaire qui reconstitue trois séances d'une quinzaine de minutes : la présentation à la population d'un schéma d'aménagement ; la présentation du préprojet sélectionné par l'autorité locale ; et enfin la présentation par le promoteur de son projet finalisé.Tout est fin dans ce travail de f...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Thomas Lemaigre

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)