Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

La Coordination des lieux d’animation de jeunes (CLAJ) réunit régulièrement les intervenants des Marolles pour mener actions et réflexions autour des 8-26 ans.

Le quartier populaire des Marolles à Bruxelles compte une quantité impressionnante d’associations. Depuis vingt-cinq ans, la plupart d’entre elles sont regroupées sous la coupole d’une asbl, la Coordination sociale des Marolles, d’où naissent nombre de réflexions et de dynamiques. C’est de là également qu’est issue la CLAJ1 qui vise plus particulièrement les 8-26 ans. Son responsable, Pierre Evrard, explique les ressorts et les enjeux de cette plate-forme d’actions et de réflexions communes.
La CLAJ est un lieu où s’agencent des actions à l’échelle du quartier, comme ce fut le cas autour d’un projet de santé notamment. « On s’était rendu compte que plusieurs aspects de la question étaient traités par différentes personnes, relate Pierre Evrard. L’une abordait la malbouffe, une autre l’alimentation durable, une autre encore le tri sélectif des déchets ou la sensibilisation à l’environnement de manière large. En rassemblant toutes ces initiatives, nous avons pu proposer six ou sept types d’animations différentes au cours de la même journée à différents endroits. »
À une autre occasion, c’est la diversité culturelle – le quartier abrite 146 nationalités différentes – qui a été le thème de cette organisation collégiale. Dur...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

La Coordination des lieux d’animation de jeunes (CLAJ) réunit régulièrement les intervenants des Marolles pour mener actions et réflexions autour des 8-26 ans.

Le quartier populaire des Marolles à Bruxelles compte une quantité impressionnante d’associations. Depuis vingt-cinq ans, la plupart d’entre elles sont regroupées sous la coupole d’une asbl, la Coordination sociale des Marolles, d’où naissent nombre de réflexions et de dynamiques. C’est de là également qu’est issue la CLAJ1 qui vise plus particulièrement les 8-26 ans. Son responsable, Pierre Evrard, explique les ressorts et les enjeux de cette plate-forme d’actions et de réflexions communes.
La CLAJ est un lieu où s’agencent des actions à l’échelle du quartier, comme ce fut le cas autour d’un projet de santé notamment. « On s’était rendu compte que plusieurs aspects de la question étaient traités par différentes personnes, relate Pierre Evrard. L’une abordait la malbouffe, une autre l’alimentation durable, une autre encore le tri sélectif des déchets ou la sensibilisation à l’environnement de manière large. En rassemblant toutes ces initiatives, nous avons pu proposer six ou sept types d’animations différentes au cours de la même journée à différents endroits. »
À une autre occasion, c’est la diversité culturelle – le quartier abrite 146 nationalités différentes – qui a été le thème de cette organisation collégiale. Dur...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Pascale Meunier

Pascale Meunier

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)