Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

C’est l’histoire d’un accord pour l’emploi…

Signé le 14 octobre 2008, un accord-cadre pour l’emploi se donnait pour mission de créer 1000 emplois pour les jeunes. Trois ans et demi plus tard, c’est un constat d’échec qui est dressé par certains signataires.

06-07-2012 Alter Échos n° 342

Signé le 14 octobre 2008, un accord-cadre pour l’emploi se donnait pour mission de créer 1000 emplois pour les jeunes. Trois ans et demi plus tard, c’est un constat d’échec qui est dressé par certains signataires.

Présenté en grande pompe (voir Alter Echos n° 261 du 3 novembre 2011 : « [url=https://www.alterechos.be/index.php?p=sum&c=a&n=261&l=1&d=i&art_id=18281]1 000 nouveaux emplois pour les jeunes bruxellois ?[/url] ») par le gouvernement bruxellois et les partenaires sociaux représentés au sein du CBCES (Comité bruxellois de concertation économique et sociale), l’accord-cadre s’appuyait, de diverses manières selon les parties prenantes, sur deux mesures déjà existantes : la CPE (convention premier emploi) et la FPI (formation professionnelle individuelle en entreprise). De façon plus détaillée, les employeurs se faisaient forts de susciter au sein de leurs affiliés la création d’emplois dans le cadre de ces deux mesures. Les syndicats, quant à eux, étaient censés stimuler leurs affiliés par rapport à celles-ci. Le gouvernement bruxellois, enfin, s’engageait à ce que les signataires puissent faire appel aux services compétents en matière d’emploi en demandant, notamment à Actiris, de mettre en place un outil de mesure de l’utilisation des mesures CPE et FPI.

Un comité de pilotage devait également être mis en place, de même qu’une évaluation de l’accord après un an d’existence.

Entre mea culpa et charge

Aujourd’hui, l’effet d’annonce passé depuis bien longtemps, les résultats ne semblent malheureusement pas avoir suivi. Le comité de pilotage se serait réuni à quelques reprises avant de s’éteindre lentement. Le nombre d’emplois éventuellement créé est quant à lui indisponible…

Signataires de l’accord, les syndicats sont les premiers à reconnaître cet échec, même si leur diagnostic quant à ses origines est quelque peu différent. Pour Philippe Van Muylder, secrétaire général de la FGTB Bruxelles1, la raison de l’« échec total » de l’accord est avant tout à aller chercher chez les employeurs qui « préfèrent avoir recours à des stages gratuits plutôt qu’à des CPE ou des FPI ». Le syndicat aurait effectué, pour ce qui le concerne, le travail d’information convenu de ses troupes.

Du côté de la CSC, par contre, on fait son mea culpa. « Je pense que l’on peut dire que nous ne sommes pas fiers, explique Myriam Gerard, secrétaire générale de la CSC. C’est un engagement que nous ne sommes pas parvenus à rencontrer, nous avons donné des coups dans notre propre cercueil. Nous avons certes sensibilisé nos troupes et nous comptions sur nos sections pour qu’elles développent des choses. Or aujourd’hui, les résultats ne sont pas là, nous nous sommes peut-être engagés un peu trop aveuglément… »

Un bel enthousiasme, mais…

Cet enthousiasme, pour tout dire peu réfléchi, est également évoqué du côté des employeurs par la CBENM (confédération bruxelloise des entreprises non marchandes). « Il est clair qu’avec ce genre d’accord, on s’emballe, mais après il faut voir si c’est applicable », nous dit-on. A sa décharge, la confédération affirme avoir organisé des séances d’information avec les responsables des ressources humaines de ses membres, mais elle pointe un problème de taille. « La difficulté avec cet accord réside dans le fait que les deux mesures sur lesquelles il s’appuyait sont surtout taillées pour des grandes entreprises pour lesquelles il est plus facile d’engager un jeune que pour de petites structures comme il en existe beaucoup dans le non-marchand. »

Plus globalement, la marge de contrôle « bruxellois » sur deux mesures pour l’une dépendant du fédéral (CPE) et pour l’autre d’une Région de Bruxelles-Capitale dont on connaît les difficultés financières aurait été maigre.

Notons qu’il nous a été impossible d’obtenir une réaction du côté de Beci (Brussels entreprises commerce and industry), autre signataire, et non des moindres, issu du cercle des employeurs.

Face à cette situation, on ne peut s’empêcher de s’interroger sur l’éventuelle (in)utilité de certains plans, accords, pactes et autres grandes messes dont Bruxelles, tout comme d’autres régions, s’est fait une spécialité. Si Benoît Cerexhe (CDH), ministre de l’Emploi de la Région de Bruxelles-Capitale, s’est montré prêt à répondre aux questions d’Alter Echos à ce sujet, il n’a pas été possible de faire coïncider les deux agendas. Nous reviendrons sur le sujet.

1. FGTB Bruxelles :
– adresse : rue de Suède, 45 à 1060 Saint-Gilles
– tél. : 02 552 03 32
– site : http://www.fgtbbruxelles.irisnet.be
2. CSC :
– adresse : ch. de Haecht 579 à 1030 Bruxelles
– tél. : 02 246 31 11
– site : http://www.csc-en-ligne.be

Julien Winkel

Julien Winkel

Journaliste (emploi et formation)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)