Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Certains n'auront pas de chauffage à Noël

Les situations d’endettement énergétique sont de plus en plus courantes en Belgique. Responsables : la mauvaise qualité des logements et des appareils de chauffe.

19-11-2012 Alter Échos n° 349

Les situations d’endettement énergétique sont de plus en plus courantes en Belgique. En cause, la mauvaise qualité des logements et des appareils de chauffe.

« Ce qui est choquant, c’est d’entendre des gens dire qu’ils ne vont pas se chauffer cet hiver », commente Julie Huygens, qui travaille au Service énergiede la Fédération des service sociaux1. Elle officie pourtant à Bruxelles, où une ordonnance de 2011 rend automatique l’interdiction de procéder àdes coupures de fournitures énergétiques en hiver. Ce que montrent les chiffres publiés ce 19 octobre par Brugel2, le régulateur bruxellois du marché del’énergie  : entre le 1er novembre 2011 et le 31 mars 2012, il n’y a aucune coupure de gaz. En avril, les chiffres explosent  : 158 fermetures de compteurs. « Lespersonnes en difficulté bénéficient de la trêve hivernale, mais les coupures sont effectuées après », explique Claire Camus, conseillèrecommunication chez Brugel. Le client doit retrouver un contrat avec un autre fournisseur pour rouvrir ses compteurs. Il peut aussi obtenir le statut de client protégé. « Maisparfois, les gens n’osent pas faire appel au CPAS, constate Claire Camus. Nous travaillons avec des relais, comme les acteurs sociaux, pour sensibiliser les consommateurs précarisés etdévelopper des outils. »

En Région wallonne, cette préoccupation est également présente. Sabine Wernerus, conseiller à la Cellule sociale énergie de la Fédérationdes CPAS de Wallonie constate que « l’accès à l’énergie concerne aussi les travailleurs pauvres qui ne bénéficient pas toujours du statut de “clientprotégé”. En 2011, le nombre de clients en défaut de paiement pour le gaz a augmenté de 9,3  %. La Fédération organisait ce 8 novembre une matinéeconsacrée à la précarité énergétique (sur laquelle nous reviendrons dans une prochaine édition), où il était également questionde développer des outils. La tâche est effectivement ardue pour les tuteurs énergie qui renforcent les équipes de 41 CPAS wallons.

L’accès à l’énergie dépend de la qualité du logement

Travailleurs sociaux et tuteurs énergie travaillent sur les comportements des usagers. Même s’ils donnent de bons résultats, les conseils URE (utilisation rationnelle del’énergie) ne suffisent pas si le logement est énergivore. Ce constat est également repris dans le rapport conjoint de l’ULB et de l’Université d’Anvers, « LaPrécarité énergétique en Belgique », publié en 2011. Les plus précaires vivent souvent dans des logements mal isolés, dont les appareils dechauffage sont vétustes, non-conformes ou mal entretenus. Comme d’autres, la Maison sociale de l’énergie du CPAS de Verviers3 mène un important travail deprévention par rapport aux risques d’intoxication au CO en plus de lutter contre la précarité énergétique. Laurence Schillings, gestionnaire du service, observeaussi que, malgré l’existence des compteurs à budget, les gens pratiquent l’auto-coupure, parce qu’ils ne peuvent pas la recharge.

Et de souligner un paradoxe  : « Les personnes qui ont le moins de revenus sont celles qui restent le plus chez elles, parce qu’elles ne vont pas travailler ». Dèslors, elles consomment plus.

Image : Agence Alter/Baudouin Massart

1. Fédération des Services Sociaux :
– adresse : rue Gheude, 49 à 1070 Bruxelles
– tél. : 02 223 37 74
– courriel : info@fdss.be
– site : www.fdss.be
2. Brugel :
– adresse : avenue des Arts, 46 bte 14 à 1000 Bruxelles
– tél. : 02 563 02 00
– site : www.brugel.be
3. Maison sociale de l’énergie, CPAS Verviers :
– adresse : rue Peltzer de Clermont, 64 à 4800 Verviers
– tél. : 087 46 86 86

Baudouin Massart

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)