Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Dossier

Capote, affaire de femmes ?

La charge de la contraception repose largement sur les femmes. Celle de l’usage du préservatif, qui a une double fonction contraceptive et de protection contre les infections sexuellement transmissibles (IST), est-elle plus partagée ?

La charge de la contraception repose largement sur les femmes. Celle de l’usage du préservatif, qui a une double fonction contraceptive et de protection contre les infections sexuellement transmissibles (IST), est-elle plus partagée ?

Sachet en vessie de chèvre, fourreau d’étoffe, étui pénien rigide fait d’écailles de tortue ou encore capuchons en boyaux de mouton, le préservatif est employé sous des formes variées depuis des millénaires, tantôt dans un but contraceptif, tantôt pour se protéger des maladies sexuellement transmissibles. En Europe, son usage explose à la fin des années quatre-vingt avec l’arrivée de l’épidémie du VIH/sida et des campagnes de prévention qui y sont associées : son utilisation lors du premier rapport sexuel passe de 10 % en 1985 à 85 % en 1996, selon une étude française(1). Aujourd’hui, la hausse généralisée de toutes les IST témoignerait d’une baisse de l’utilisation de cet étui en latex ou en polyuréthane, baisse souvent expliquée par l’atténuation de la menace du VIH, devenu une maladie chronique. Mais cette « explosion » des IST pourrait aussi tout simplement s’expliquer par le nombre toujours plus élevé de dépistages réalisés ou, qui sait, par une augmentation du nombre des rapports sexuels.

De nos jours, le préservatif est principalement utilisé en début de vie sexuelle, si on a des partenaires multiples ou quand l’un des partenaires a contracté une IST. Il peut aussi réapparaître lors de points de bascule dans les parcours de vie, après un accouchement ou une séparation par exemple. Bien que l’on dispose de peu de chiffres sur la question, si l’on en croit les acteurs de la prévention, l’usage de la capote chez les jeunes semble assez aléatoire. Dr Kpote est animateur de prévention sur la sexualité et les conduites addictives dans les lycées et centres d’apprentissage de la région parisienne. Il fait le constat que, dès que les jeunes se connaissent un peu, ils arrêtent d’utiliser ce moyen de protection, même sans avoir réalisé de dépistage. Il rapporte aussi : « Il y en a aussi pas mal qui disent qu’ils ne l’utilisent pas du tout. Ce sont toujours les mêmes réflexions qui reviennent : ils disent qu’ils n’ont pas les mêmes sensations. Mais, derrière tout cela, je pense surtout qu’ils n’ont pas envie de s’emmerder avec ce truc un peu technique. »

« Les femmes doivent avoir la main sur leur contraception, mais les hommes, sont aujourd’hui complètement déresponsabilisés. » Sophie Peloux, de l’asbl O’Yes

Le préservatif, une barrière au désir et au plaisir ? « Oui cela peut l’être », assure Olivier Mageren, animateur Évras (Éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle) et fondateur de la toute nouvelle association Love Health Center, qui a pour but de parler de sexualité « de manière positive, décomplexée et moderne ». « S’il n’y avait que deux tailles de soutien-gorge pour les femmes, beaucoup trouveraient cela inconfortable. C’est la même chose pour le préservatif. S’il n’est pas adapté, cela ne marchera pas. Or il existe une telle diversité de pénis. Il faut aller en magasin spécialisé, comme au Roi de la capote à Paris, pour trouver une large gamme de produits. » Mais il confirme que la question de la « sensation » est souvent une excuse. « Une excuse un peu bidon au regard de tout ce qui se passe dans un échange. » Excuse ou pas, la « capote anglaise » ne fait pas l’unanimité. Elle demeure d’ailleurs la grande absente du paysage de la sexualité sur internet ou à la télévision, que ce soit dans le porno mainstream ou dans le cinéma en général, un peu comme si elle était inexistante.

Dans les faits, l’usage du préservatif se résume donc au premier rapport, avant d’être rapidement abandonné, partant du principe que la jeune fille possède son propre moyen de contraception (la responsabilité contraceptive reposant sur les épaules féminines). En termes de contraception, le préservatif n’est d’ailleurs pas la méthode la plus fiable. Son efficacité théorique (c’est-à-dire s’il est utilisé de manière parfaite) n’est pas mauvaise : 2 % de risque de grossesse (contre 5 % pour le préservatif interne – communément appelé « préservatif féminin », voir encadré –, de 0,3 % pour la pilule et de 0,2 % pour le stérilet hormonal). Mais son efficacité « pratique » (autrement dit, tenant compte des « ratés » liés aux contraintes de son utilisation) est beaucoup moins convaincante : 15 % et 21 % de risque de grossesse pour les préservatifs externe et interne, contre 8 % pour la pilule et 0,2 % pour le stérilet hormonal.

Objet d’homme, question de femme ?

Il reste que, pour les jeunes hommes, la capote demeure le moyen de contraception « le plus abordable, réversible et maîtrisable », observe Sophie Peloux, de l’asbl O’Yes (Organization for Youth Education & Sexuality – anciennement SIDA’SOS). « Elle est aussi un moyen de ne pas juste faire confiance à la fille », renchérit Olivier Mageren. Encore faut-il que les jeunes (ou moins jeunes) hommes se sentent responsables de cet enjeu, car, « naturellement, les filles sont beaucoup plus intéressées par ces questions. Les mecs sont plus orientés plaisir, jouissance, orgasme ».

Dès le plus jeune âge, la contraception est une affaire de femmes. En France comme en Belgique, la prescription de méthodes contraceptives par les médecins leur est quasi exclusivement réservée. Les jeunes femmes ont assez rapidement dans leur vie un contact avec un gynécologue, tandis que « les jeunes hommes, eux, n’ont pas de lieu d’information sur ces questions qui leur sont dédiés », rappelle Caroline Watillon, de la Fédération laïque des centres de planning familial, qui insiste sur la nécessaire évolution du rôle des médecins sur ces questions : « Souvent, il n’y a pas d’anamnèse pour comprendre ce qui convient le mieux à la personne. Il y a un schéma classique : le préservatif au début de la vie sexuelle, la pilule quand on est en couple, le stérilet après avoir eu des enfants jusqu’à la ménopause. Or ce choix, qui dépend des souhaits et des modes de vie de chacun, pourrait être plus varié. »

« Il existe une telle diversité de pénis. Il faut aller en magasin spécialisé, comme au Roi de la capote à Paris, pour trouver une large gamme de produits. » Olivier Mageren, animateur Évras, fondateur de la toute nouvelle association Love Health Center.

« ‘Mon corps, mon choix’ : c’est important et il ne faut pas que ça bouge, insiste de son côté Sophie Peloux. Par contre, il faut tout de même se rendre compte que les femmes sont fertiles quatre ou cinq jours par mois, alors que les hommes le sont tous les jours 24 h/24. Les femmes doivent avoir la main sur leur contraception, mais les hommes, qui sont leurs partenaires fertiles permanents, sont aujourd’hui complètement déresponsabilisés, sur ces questions. »

D’ailleurs, si le préservatif a longtemps été considéré comme un objet masculin et que la charge de son achat semble partagée entre les hommes et les femmes pour la première relation sexuelle, dès qu’il devient un moyen de contraception sur le long cours, ce sont les femmes qui en deviennent responsables. La sociologue Cécile Thomé explique dans une analyse genrée du préservatif(2) que le discours de prévention qui s’est construit dans les campagnes de prévention sida s’est rapidement adressé aux femmes, « déjà considérées comme des ‘agents de santé’ en matière de contraception ». Une responsabilité qui aurait donc contaminé la sphère de la prévention des IST. « Pour la première relation sexuelle, cette charge apparaît partagée entre hommes et femmes, écrit-elle. Mais passé cette première situation […], on remarque une assignation des femmes à la sphère sanitaire et, corollairement, une déresponsabilisation masculine. » Cette charge mentale et logistique « peut s’inscrire dans le cadre du travail domestique ».

« D’ailleurs, quand une fille achète des préservatifs, elle est soupçonnée d’avoir une vie sexuelle active et elle est vite assimilée à ‘une pute’. »

Pour ce qui est de l’achat, ce sont plutôt les jeunes mecs qui s’en chargent, observe de son côté Dr Kpote. « D’ailleurs, quand une fille achète des préservatifs, elle est soupçonnée d’avoir une vie sexuelle active et elle est vite assimilée à ‘une pute’. » L’animateur, qui rédige des chroniques dans le magazine Causette et qui tient un blog sur le sujet, a d’ailleurs demandé à 200 jeunes filles de photographier et publier anonymement le contenu de leur sac à main. Seules 2 % d’entre elles possédaient un préservatif. « Mais certaines m’ont expliqué ensuite qu’elles avaient enlevé les capotes par peur d’être reconnues et jugées. Les regards ne sont pas les mêmes par rapport aux filles et aux garçons. » L’objet change de sens selon la personne qui l’utilise, confirme Cécile Thomé : tandis que le préservatif est banalisé chez les hommes, son utilisation par les femmes reste associée à une sexualité hors couple connotée négativement. Il demeure aussi relié à une image de performance et de domination, et à une sexualité qui se réduit à la pénétration.

Prise de risque et consentement

Le partage de la charge contraceptive est aujourd’hui un enjeu de senbilisation pour les acteurs de prévention et pour les professionnels de la santé en général. « Aux jeunes, je parle du slip thermique et de la vasectomie. Évidemment, ils ne vont pas forcément utiliser ces moyens à leur âge, mais c’est une manière de les sensibiliser, afin qu’eux aussi portent un peu plus cette question de la contraception », explique Dr Kpote. Mais un autre défi se pose : celui du choix et de la prise de risque. Autrement dit, le choix de se protéger ou non. « On peut avoir le droit, en toute conscience, de ne pas vouloir se protéger. Le problème, c’est quand on met la pression sur l’autre. Dans les couples hétéros, ce sont plutôt les mecs qui mettent la pression sur les filles. Je travaille sur cette vulnérabilité des filles dans ce moment, sur cette difficulté à dire non. Dans les couples homosexuels, on retrouve la même vulnérabilité chez les jeunes qui viennent enfin de découvrir une communauté qui les accepte, mais qui subissent également des pressions pour des rapports non protégés venant de mecs plus âgés. » Et Caroline Watillon de conclure : « Le consentement, cela peut aussi être quelque chose de sexy… »

Souvent appelé « préservatif féminin », le préservatif interne peut aussi être utilisé par des hommes en cas de rapports sexuels anaux. Il est peu connu, peu accessible et plus cher que son homologue, le préservatif « externe ». « On n’en fait généralement pas la promotion, on en parle plutôt négativement, explique Sophie Peloux, de l’asbl O’Yes. Or il peut être chouette pour certains : il peut être placé à l’avance, il ne serre pas le pénis et permet donc d’éviter cette peur de débander chez certains hommes, et il peut être utilisé pour plusieurs rapports sexuels avec la même personne pendant huit heures. C’est vrai qu’il peut faire un peu de bruit (l’un des principaux griefs à son encontre serait le son qu’il produirait, celui d’un sac plastique ou un « floutch floutch », selon les dires des utilisateurs, NDLR), mais le but est alors… de faire plus de bruit que lui ! »

 

 

 

 

  1. Chiffres cités dans « D’un objet d’hommes à une responsabilité de femmes. Entre sexualité, santé et genre, analyser la métamorphose du préservatif masculin », Sociétés contemporaines 2016/4 (n°104), p. 67-94, Cécile Thomé.
  2. Ibidem.
Marinette Mormont

Marinette Mormont

Coordinatrice web, contact freelances, journaliste (social, santé, logement).

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)